Rwama Tome 1 : Mon enfance en Algérie (1975-1992) Rwama Tome 1 : Mon enfance en Algérie (1975-1992)
Rwama Tome 1 : Mon enfance en Algérie (1975-1992)
Rwama Tome 1 : Mon enfance en Algérie (1975-1992)

Bandes-Annonces

À propos

Salim Zerrouki a grandi en Algérie, dans un immeuble atypique au coeur de la Cité Olympique construite par l'architecte brésilien Oscar Niemeyer pour accueillir les « Jeux méditerranéens de 1975 ». À cette époque, l'Algérie est une dictature dirigée par Houari Boumediene qui voit dans cet événement sportif l'occasion d'exhiber sa puissance devant le monde entier. C'est dans ce contexte que Salim Zerrouki revient sur son histoire avec justesse, pudeur et humour. Depuis son immeuble melting pot surnommé « Rwama » (littéralement « Les Français » en algérois- , où se mêlent Algériens, Russes, Allemands de l'Est, Cubains, venus de nations socialistes amies enseigner le sport aux Algériens), l'auteur déploie ses souvenirs d'enfance et d'adolescence pour dépeindre un portrait personnel, politique et religieux d'une Algérie méconnue et terrible entre 1975 et 2000. Un récit dur, sensible, documenté mais toujours drôle.


Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Romans graphiques > Documentaire / Société


  • Auteur(s)

    Salim Zerrouki

  • Éditeur

    Dargaud

  • Distributeur

    Mds

  • Date de parution

    15/03/2024

  • EAN

    9782205204551

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    176 Pages

  • Longueur

    26.8 cm

  • Largeur

    20.3 cm

  • Épaisseur

    1.9 cm

  • Poids

    784 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Salim Zerrouki

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Salim Zerrouki a fait ses classes à l'École des Beaux-Arts d'Alger avant de s'installer en Tunisie.
Dans une autre vie, il fut directeur artistique dans la publicité.
Il se donnait bonne conscience en offrant à la toile des illustrations rigolotes.

En 2011 il tient un blog de caricature quotidienne: "Yahia Boulahia".

Il participe au printemps des arts en 2012 à Tunis avec une oeuvre controversée: "Le Superman Barbu".

En mars 2014, il s'est lancé dans une nouvelle aventure qu'il appellera "TA7RICHA". Ce projet aura, très vite, plus de succès qu'il ne l'espérait, et il l'expose à la Maison de l'Image (à Tunis) en avril 2016.
À partir de cette date, il se consacre entièrement à une carrière artistique.

En bref, Salim se décrit comme "un enfant à qui on aurait donné des moyens".

empty