Librairie Generale Francaise

  • Edmond Rostand Cyrano de Bergerac Le nez de Cyrano s'est mis en travers de son coeur. La belle Roxane aime ailleurs, en l'espèce un cadet sans esprit mais de belle apparence, Christian de Neuvillette.
    La pièce de Rostand met en scène la tragique complicité entre deux moitiés d'homme, et s'achève sur une évidence en forme d'espérance : sous les traits de Christian, ce n'était pas moins que l'âme de Cyrano qu'aimait Roxane.
    Avec ce drame en cinq actes, au travers des reprises ou des adaptations cinématographiques, Rostand a connu et connaît un succès ininterrompu et planétaire. Pourquoi ? A cause des qualités d'écriture, des vertus dramatiques ou de la réussite du personnage principal de la pièce ? Sans doute, pour une part. Mais la raison profonde tient à son art de caresser l'un de nos plus anciens mythes : il n'est pas de justice ici-bas, ni d'amour heureux. Presque pas. Et tout est dans cette manière de nous camper sur cette frontière, entre rêve et réalité, entre lune et terre.

    Introduction, commentaires et notes de Pierre Citti.

  • Un appartement vide. Deux amis qui se connaissent depuis plus de trente ans. Un comédien médiocre et un dramaturge raté. Le premier vend l'appartement et a demandé au second d'être présent lors de la signature du compromis - son côté rassurant mettra l'acheteur en confiance.
    En attendant, on parle. On se flatte. On se taquine. Cela glisse peu à peu. On se blesse en se lançant à la face ce que l'on retient depuis longtemps. Et l'acheteur arrive, qui va assister à un règlement de comptes. Va-t-il en demeurer le spectateur, en devenir l'arbitre ou en être, au final, la seule victime ? La vie nous réserve tant d'occasions de nous compromettre pour garder le peu qu'elle nous donne - l'amitié, entre autres : jusqu'où doit-on aller pour la sauvegarder ?

    En stock

    Ajouter au panier
  • Molière Le Misanthrope « Trahi de toutes parts, accablé d'injustices, Je vais sortir d'un gouffre où triomphent les vices ;
    Et chercher sur la terre un endroit écarté Où d'être homme d'honneur, on ait la liberté. » Au moment où il quitte la scène, Alceste quitte également le monde auquel il s'est heurté, et le vrai sujet de la comédie est bien la confrontation du misanthrope et de ce milieu mondain qu'il récuse : par philosophie, certainement, mais également par cet esprit chagrin d'atrabilaire qui en fait l'ennemi de toute sociabilité, comme le montre la manière incongrue et bourrue dont il témoigne à Célimène un amour qui prend à rebours les règles de la galanterie.
    Cet extravagant est donc certainement ridicule. Mais comment lui reprocher, néanmoins, l'intransigeante pratique des vertus de sincérité, de justice et de droiture ? Parce que Alceste dénonce le monde, c'est bien lui qui permet à Molière, en 1666, de nous en donner une image véritable - jusque dans ses contradictions.

    Edition de Claude Bourqui.

  • Molière Le Tartuffe Un faux dévot s'installe dans la famille d'Orgon dont il fait sa dupe, y vit grassement et manifeste une assez vive sensualité pour courtiser la maîtresse de maison - avant d'être finalement démasqué. Le sujet de sa pièce, Molière dut longuement batailler pour finalement l'imposer en 1669, car, à sa première représentation à Versailles, la comédie avait été jugée dangereuse : s'il décriait les apparences de la vertu, Molière ne rendait-il pas également suspects les dévots authentiques oe Car tel est bien l'enjeu sérieux de la pièce : percer à jour l'hypocrisie tout en nous incitant à méditer sur le déguisement et la métamorphose. Mais Le Tartuffe est aussi une comédie de moeurs et de caractères où la farce peu à peu s'inßéchit vers le drame et cependant s'harmonise parfaitement avec lui. Molière fait preuve ici d'un métier admirable pour faire passer le spectateur du rire franc à la plus délicate émotion, de la gaieté la plus vive à la réßexion la plus grave, et parfois la plus sombre.

    Edition de Jean-Pierre Collinet.

    En stock

    Ajouter au panier
  • À la cour d'Athènes, Hermia en appelle à la clémence de son père Égée qui veut lui imposer comme mari Démétrius, alors qu'elle aime Lysandre. Pour échapper à son sort, elle se réfugie dans la forêt, bientôt suivie par les autres protagonistes. Là, Obéron, roi des elfes, qui vient de se quereller avec sa femme Titania, fait appel au malicieux lutin Puck et à ses philtres d'amour. De nombreuses aventures amoureuses vont alors se croiser, se faire et se défaire, au gré des sortilèges et des intrigues, mêlant monde classique et monde légendaire.
    Cette comédie à la fantaisie débridée se double d'une saveur parodique et satirique  : les amours heureuses sont-elles possibles sans enchantement  ? Avec Le Songe d'une nuit d'été, Shakespeare donne libre cours à une incroyable liberté d'imagination qui continue à fasciner le public moderne.
      Traduction de François-Victor Hugo.

    Édition établie et annotée par Yves Florenne.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Dans Folioplus classiques, le texte intégral, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points :

    - MOUVEMENT LITTÉRAIRE : Le «grand théâtre du monde».
    - GENRE ET REGISTRE : La poétique du mal.
    - L'ÉCRIVAIN À SA TABLE DE TRAVAIL : Macbeth, un texte universel.
    - GROUPEMENT DE TEXTES : Les femmes monstrueuses dans la tragédie.
    - CHRONOLOGIE : William Shakespeare et son temps.
    - FICHE : Des pistes pour rendre compte de sa lecture.
    Recommandé pour les classes de lycée.

  • >Molière L'Ecole des femmes Un barbon, Arnolphe, a élevé dans l'ignorance une jeune paysanne, Agnès, afin de pouvoir plus tard l'épouser sans craindre d'elle les infidélités des femmes trop éclairées. Or, de retour de voyage, il rencontre le jeune Horace qui, par un quiproquo qui ne cessera qu'à la fin, l'informe lui-même qu'il s'est épris de sa protégée. Et Agnès apprend vite à l'école de l'amour.
    Le comique de la pièce repose ainsi pour une large part sur la «confidence perpétuelle» que le jeune blondin fait au vieux barbon, et Molière focalise l'attention sur les réactions désopilantes d'Arnolphe confronté à la narration enthousiaste de ses déconfitures : par un procédé neuf, il soumet donc l'intrigue à l'effet qu'elle provoque. Le 26 décembre 1662, au théâtre du Palais-Royal, le public fit fête à cette pièce qui marque la naissance de la grande comédie de moeurs et de caractères, et dont le sujet - comment le désir vient aux jeunes filles - souleva bien des remous. Quant aux accusations de plagiat et aux calomnies, le dramaturge y répondit bientôt par La Critique de l'Ecole des femmes. La fameuse «querelle» était née...

    Edition de Patrick Dandrey.

  • Jean Giraudoux La guerre de Troie n'aura pas lieu « La guerre de Troie n'aura pas lieu », dit Andromaque quand le rideau s'ouvre sur la terrasse du palais de Priam.
    Pâris n'aime plus Hélène et Hélène a perdu le goût de Pâris, mais Troie ne rendra pas la captive car pour tous les hommes de la ville « il n'y a plus que le pas d'Hélène, la coudée d'Hélène, la portée du regard ou de la voix d'Hélène...» et les augures eux-mêmes refusent de la laisser partir.
    Hector, pour Troie, et Ulysse, pour la Grèce, tentent à tout prix de sauver la paix. Mais la guerre est l'affaire de la Fatalité et non de la volonté des hommes. La guerre de Troie aura lieu.
    Pièce en deux actes, La guerre de Troie n'aura pas lieu a été représentée pour la première fois le 22 novembre 1935 au Théâtre de l'Athénée, sous la direction de Louis Jouvet. Son succès fut éclatant et immédiat et ne s'est jamais démenti depuis.

    Commentaires, préface et notes de Colette Weil.

  • Alfred Jarry Ubu roi Officier du roi Venceslas, décoré de l'ordre de l'Aigle rouge, Ubu jouit d'une position enviable à la cour de Pologne. Mais sa femme, la Mère Ubu, a bien d'autres ambitions pour lui. En le persuadant de détrôner Venceslas, elle va le précipiter dans de multiples aventures. Ubu sera tour à tour roi, guerrier et fuyard, avant de devenir «maître des Phynances» dans son pays d'origine, la France...
    En composant à quinze ans cette oeuvre parodique et bouffonne, qui fit scandale lors de sa création en 1896, Alfred Jarry (1873-1907) ne se doutait certes pas qu'il allait marquer de son empreinte tout le théâtre du xxe siècle, de Roger Vitrac à Boris Vian et à Eugène Ionesco. Il y a du Shakespeare et du Rabelais dans cette fantaisie «hénaurme» et truculente, au rythme débridé, à l'invention verbale irrésistible de drôlerie. Tour à tour féroce et couard, vaniteux et inquiet, mélange de Macbeth et de Falstaff, le Père Ubu est plus qu'un personnage : c'est un mythe, incarnation d'une humanité à la fois terrifiante et dérisoire, comique à force de laideur, colossale de sottise et de lâcheté.

    Edition présentée et annotée par Marie-France Azéma.

  • Molière L'Avare Elise, fille d'Harpagon, souhaite se marier avec Valère, tandis que son frère Cléante veut épouser Mariane. Mais le père a d'autres vues pour ses enfants, et a jeté lui-même son dévolu sur la jeune fille. La pièce, créée par Molière en 1668, serait donc une comédie amoureuse si, derrière cette première intrigue, ne se dessinait surtout la comédie d'un caractère, l'avare, dont la précieuse cassette, un moment dérobée, fait opportunément retour afin de permettre un dénouement heureux.
    Créature comique, objet de moqueries et de vengeances, mais aussi nature monstrueuse et tyran domestique, Harpagon est bien la figure qui domine presque toutes les scènes, assure l'efficacité dramatique de la pièce et permet à la comédie de confiner à la farce. Par la satire, le quiproquo et l'ironie, Molière brosse de lui un portrait d'une drôlerie sans pitié.

    Edition de Jacques Morel.

    Notes complémentaires de Jean-Pierre Collinet.

  •     Le Cid Don Gomès, père de Chimène, approuve le mariage de sa fille et de Rodrigue. Mais lorsqu'il apprend que le père de Rodrigue, don Diègue, a été désigné gouverneur du prince de Castille à sa place, il soufflette son rival. Don Diègue met alors la main à l'épée, mais il est trop vieux pour se battre et don Gomès le désarme : c'est alors à son fils que don Diègue demande de le venger. Rodrigue doit-il le faire comme le lui impose son honneur, ou conserver l'amour qui le lie à Chimène oe Jouée en 1637 au Théâtre du Marais, la pièce, qui était alors - genre à la mode - une tragi-comédie dont Corneille avait puisé le sujet dans une oeuvre espagnole, rencontre immédiatement un grand succès, mais déchaîne une querelle littéraire - la première du siècle - qui durera jusqu'en 1660. Entre-temps, le dramaturge aura remanié sa pièce en l'élevant à la tragédie, et si Le Cid marque dans l'histoire du théâtre une étape essentielle, c'est qu'avec lui se fonde un certain classicisme en même temps qu'apparaissent le «héros cornélien» et la dimension politique, pour Corneille, de toute vraie tragédie.

    Edition de Christian Biet.

  • Le Bourgeois gentilhomme «Monsieur Jourdain : Et comme l'on parle, qu'est-ce que c'est donc que cela oe Maître de philosophie : De la prose.
    Monsieur Jourdain : Quoi ? Quand je dis : «Nicole apportez-moi mes pantoufles et me donnez mon bonnet de nuit», c'est de la prose.
    Maître de philosophie : Oui, Monsieur.
    Monsieur Jourdain : Par ma foi, il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j'en susse rien, et je vous suis le plus obligé du monde de m'avoir appris cela.» Lorsque Molière fait jouer pour la première fois Le Bourgeois gentilhomme à Chambord en 1670 devant le Roi et la cour, Monsieur Jourdain n'est pas seulement un père qui entrave les projets de mariage de sa fille. Car, bien au-delà de cette histoire d'amour traditionnelle, la comédie-ballet se déploie en un grand spectacle avec danses et musique, où le comique et la satire prennent constamment pour cible le bourgeois qui s'est mis en tête de devenir gentilhomme et finit en mamamouchi ridicule. Héros de l'illusion comme Tartuffe, monomane comme Harpagon, rien ne peut l'arracher à sa folie de noblesse.

    Edition présentée et annotée par Jacques Morel.
    Notes complémentaires de Jean-Pierre Collinet.

  •   Emmanuel Roblès Montserrat Juillet 1812. Le chef vénézuélien Francisco Miranda est vaincu et capturé par le capitaine général espagnol Monteverde.
    Simon Bolivar, lieutenant de Miranda, est en fuite. Caché par des patriotes, il a pu, jusqu'ici, échapper aux recherches. Les Espagnols occupent les trois quarts du pays. La répression est terrible. Massacres et pillages se succèdent.
    Depuis sa création en 1948, cette pièce, dont Albert Camus disait : «Elle ne doit rien à aucune école ou à aucune mode et pourtant elle s'accorde à la terrible cruauté du temps sans cesser de se référer à une pitié vieille comme le coeur humain», n'a jamais cessé d'être jouée dans quelque partie du monde. Elle a été adaptée en plus de vingt langues.

  • Molière Le Médecin malgré lui Pour se venger d'avoir été battue par son mari Sganarelle, Martine le fait passer pour un médecin, mais si fantasque qu'il faut le bastonner pour qu'il accepte d'exercer son art. Contre toute attente, ce médecin malgré lui fait merveille. Au mois d'août 1666, la pièce rencontre un succès éclatant devant le public du Palais-Royal. C'est que Molière, au sommet de son art, combine avec éclat le vieil héritage de la farce française et la leçon de la commedia dell'arte, non sans emprunter à ses propres pièces antérieures. Simple assemblage de sources diverses ? Certainement non, mais une pièce construite pour mettre en valeur les exploits de Sganarelle joué par Molière lui-même, une pièce dont l'allant ne faiblit jamais et où le génie du dramaturge - acteur, farceur, metteur en scène - n'oublie jamais l'action. Lui-même nous l'avait dit : « Les comédies ne sont faites que pour être jouées. » Edition de Bernadette Rey-Flaud Notes complémentaires de Claude Bourqui.

  • Molière Les Femmes savantes Lorsque Molière fait jouer Les Femmes savantes en 1672, un an avant sa mort, il ne moque ni les femmes ni le savoir, mais cette ostentation des connaissances qui contrevient à ce qu'on nomme alors l'honnêteté. Son sujet comme son écriture, en cinq actes et en vers, en font l'une des plus achevées de nos comédies. La pièce pourtant ne correspond plus à l'air du temps. L'heure est aux grands spectacles ; Lully vient d'obtenir du roi un monopole sur le théâtre accompagné de musique, et Molière semble venir trop tard : Les Femmes savantes ne rencontrent donc qu'un premier succès limité. La pièce s'impose cependant dès la fin du siècle, et cette fois pour toujours, par le brio de la satire, le mordant de la raillerie, et les ressources d'un comique que rien n'a pu vieillir.

    Edition de Claude Bourqui.

  • >Ibsen Hedda Gabler Les circonstances amènent Hedda Gabler à nouveau face à l

  • Antigone

    Sophocle

    Antigone Antigone est la tragédie grecque la plus célèbre, la plus achevée, et c'est la pièce qui représente le tragique de la condition humaine de la façon la plus saisissante.
    Du siècle de Périclès à celui de Néron, de Robert Garnier (1580) à Jean Anouilh (1944) et à Bertolt Brecht (1948), Antigone est restée vivante, actuelle, à travers les reprises et les adaptations.
    Cette édition commentée de la pièce originale tente de faire comprendre un succès si extraordinaire et de l'élargir au public contemporain. L'introduction analyse la nature de la tragédie grecque classique et situe la pièce de Sophocle dans cet ensemble de chefs-d'oeuvre fondateurs.
    Le texte, dans la traduction du grand helléniste Paul Mazon, reçoit une présentation et une annotation nouvelles destinées à faire sentir la construction et les harmoniques de l'oeuvre. Le commentaire est ensuite consacré à l'étude d'Antigone et de sa réception dans la littérature et la pensée occidentales.

    Traduction de Paul Mazon, revue par Jean Irigoin.
    Introduction, notes et commentaires de Paul Demont.

    En stock

    Ajouter au panier
  • On ne badine pas avec l'amour Perdican revient au village de son enfance où il doit épouser sa cousine Camille, mais la jeune fille, tout juste sortie du couvent, est prévenue contre l'amour, par avance convaincue de la désillusion qu'elle encourt. Par dépit, Perdican séduit alors Rosette, une petite paysanne, et dans un décor de fraîcheur bucolique, c'est une fin tragique qui s'annonce.
    Camille et Perdican partagent sans doute la même religion de l'amour idéal, mais mêlée de véhémence chez l'une et de rouerie chez l'autre, et derrière le rêve d'un retour à l'innocence première se dessine un enfer, inscrit depuis toujours dans la nature humaine. Le temps paradisiaque d'On ne badine pas avec l'amour, faut-il alors le voir comme une immobilité bienheureuse ou la préparation de la Chute ? C'est là toute l'incertitude de la pièce qui n'oublie pas, en 1834, la liaison de Musset avec George Sand, dont Perdican répète mot pour mot les paroles : «J'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.» Edition de Frank Lestringant.

  • Tchekhov Oncle Vania L'hiver à la campagne, le thé à sept heures du matin, les soirées interminables, le dégoût des autres et surtout de soi-même. L'ennui est là, comme une espèce de boue gluante dans laquelle on s'enlise, comme des sables mouvants qui les engloutiront tous, Vania, Sonia, Astrov.
    Dans un dernier sursaut, ils sortent la tête, essaient de haïr, d'aimer, de tuer, de se tuer... Ils n'en ont plus la force, ni l'envie. Rien que de penser à tout ce qu'ils auraient pu être, à tout ce qu'ils auraient pu faire. Oui, mais quoi oe Ailleurs, sans doute, il existe autre chose, une autre vie. En Afrique, il fait chaud.
    Tchekhov, peintre génial et docteur impuissant du terrible mal de ne pas vivre.

    Nouvelle traduction et préface de Bruno Sermonne et Tonia Galievsky.
    Commentaires et notes de Patrice Pavis.

  • Corneille L'Illusion comique Un père désespéré cherche son fils qui l'a quitté, et un magicien lui permet de le voir, amoureux d'une jeune fille que convoitent d'autres soupirants contre lesquels le jeune homme doit lutter - avant, finalement, d'être tué, au grand désespoir de son père. Les personnages réapparaissent : comédiens, ils ne faisaient que jouer une pièce sous les yeux du père et du magicien.
    Corneille disait de L'Illusion comique : «C'est une galanterie extravagante qui a tant d'irrégularités qu'elle ne vaut pas la peine de la considérer.» Parce que, en effet, la pièce est absolument étrangère à la dramaturgie classique, un oubli de deux siècles a suivi le long succès de sa création, en 1635. Les Romantiques l'ont redécouverte - Gautier fut ébloui - et elle est aujourd'hui pour nous le chef-d'oeuvre du théâtre baroque.

    Edition de Georges Forestier.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Jean Giraudoux Electre Agamemnon, le Roi des Rois, a sacriÞé sa fille aux dieux. Son épouse, Clytemnestre, aidée de son amant, Egisthe, l'assassine à son retour de la guerre de Troie. Oreste, le Þls, est banni. Reste Electre, la seconde Þlle. « Elle ne fait rien. Elle ne dit rien. Mais elle est là. » Aussi Egisthe veut-il la marier pour détourner sur « la famille des Théocathoclès tout ce qui risque de jeter quelque jour un lustre fâcheux sur la famille des Atrides ». Mais Oreste revient et désormais Electre n'est plus que haine, assoiffée de justice et de vengeance, au mépris de la menace qui pèse sur le royaume des siens.
    Sur ce grand mythe de l'Antiquité, Jean Giraudoux a écrit sans doute sa meilleure pièce. Electre possède une grande force tragique sans jamais perdre cet esprit étincelant, cet humour qui ont fait de Jean Giraudoux l'un des plus grands écrivains du xxe siècle.

    Préface de Jean-Pierre Giraudoux.

    Commentaires et notes de Jacques Body.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Victor Hugo Ruy Blas «... Quel miracle que ta pièce, mon pauvre bien-aimé... jamais je n'avais rien entendu de si magnifique... C'est une richesse, une magnificence, un éblouissement... mon esprit en est encore plus obscurci, comme quand les yeux ont trop longtemps fixé le soleil...» Juliette Drouet.

    «A propos, Ruy Blas est une énorme bêtise, une infamie en vers...» Balzac.

    «Quelle brusque et prodigieuse fanfare dans la langue que ces vers de Victor Hugo !» Emile Zola.

    «... ou Ruy Blas est une gageure contre le bon sens, ou c'est un acte de folie» Gustave Planche.

    Un texte qui soulève des passions aussi contraires... il ne reste vraiment plus qu'à le lire si on veut s'en faire une idée.

    Edition de Guy Rosa.

    En stock

    Ajouter au panier
  • aux yeux mêmes de goethe, cette première partie de la tragédie de faust, qu'il frit paraître en 1808 et qui sera plus
    tard suivie d'un second faust, est une oeuvre étrange et
    barbare, qui ne vise à rien de moins qu'à présenter le " théâtre du monde ".
    une oeuvre complexe aussi, où le protagoniste, faust, assure le lien entre le drame du savant amer, désespérant de percer les secrets de la nature vivante, et celui de marguerite qui s'éprend du vieil homme rajeuni par méphistophélès, avant de devenir mère, de tuer son enfant et, condamnée à mort, de refuser de suivre faust qui, finalement, a tout perdu.
    vingt ans plus tard, la traduction de nerval rencontre un accueil enthousiaste auprès des écrivains, mais aussi de musiciens comme berlioz, qui composera la damnation de faust, ou de peintres comme delacroix.
    faust devient partie intégrante de la culture romantique française. si le personnage ne s'efface pas non plus de la nôtre, c'est aussi pour une part grâce au génie de nerval : tout autant qu'à l'oeuvre de goethe, cette éblouissante traduction appartient à la sienne.

  • Dans une ville de province, perdue dans l'immense Russie, trois soeurs s'ennuient, mais espèrent : Moscou, le retour de l'enfance, la vraie vie... Tout est encore possible, le deuil est fini, la vie attend.
    La vie s 'écoule, sans événement. Les officiers vont et viennent. Tous s'accrochent aux mots, mais les mots tuent ou s'usent.
    Les trois soeurs n'iront jamais à Moscou. Elles ont tout perdu, même l'espoir de partir. Les Trois Soeurs, la plus tchékhovienne des quatre grandes pièces de Tchékhov, a inspiré les plus grands metteurs en scène depuis Stanislavski jusqu'à Pintilié et Krejca.
    Comment vivre, comment survivre, en ce monde, en Russie et ailleurs ?
    « A la fin, les soeurs sentent que c'est seulement en reconstituant leur ensemble qu'elles peuvent survivre. Elles se cherchent, s'embrassent, en quête d'une unité nécessaire. Olga n'a-t-elle pas peur non pas du fait qu'on va les oublier, mais plutôt du fait qu'on va oublier combien elles étaient : la femme-mère, la femme-femme, la femme-enfant. Trois, la perfection » ( Lucian Pintilié ).

empty