Langue française

  • Près de l'étang de Malicorne, face au grand saule pleureur qui se reflète dans l'eau calme, se trouve un banc de bois : « Le banc du temps qui passe ». Je m'y assois pour tenter de sentir ce mince filet du temps qui nous porte tout au long de notre existence. Après un moment de silence, me viennent à l'esprit des pensées qui prolongent ma constante interrogation sur le monde.

    Ce livre est destiné à tous ceux qui se posent des questions sur le grand mystère de la réalité dans laquelle nous sommes projetés pour un temps. Je cherche à exprimer ce qui se dégage de mes expériences de vie et de mon métier d'astrophysicien, pour livrer mes convictions intimes.

    Mais rien de ces pages n'est définitif. Tout y est provisoire et à remettre à jour - indéfiniment.
    H. R.

    Ajouter au panier
    En stock
  • « Que signifie des phrases souvent utilisées comme : «L'univers est né il y a quinze milliards d'années », «Les trois premières minutes » ? Qu'est ce traditionnel «temps zéro» qui marque, dit-on, la création de l'univers et à partir duquel on date les événements du cosmos ? Nous ne savons rien de la création de l'univers. Elle se situe pour nous à l'intérieur de la terra incognita cosmologique... ».

    H. R.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Pourquoi les girafes ont-elles un si long cou et les zèbres des rayures ? Quel rapport entre une foule de supporters sportifs et un troupeau de gazelles ? Avez-vous déjà frémi d'épouvante à la mention du mot « ratel » ?

    Les animaux de la savane africaine ont encore beaucoup à nous apprendre. Ce livre vous expliquera le talent des termites bâtisseurs qui construisent des orgues pour respirer, le rôle du hasard dans la fuite de la gazelle, la dictature quotidienne que subissent les éléphants alors que les buffles vivent en démocratie, l'importance de la Voie lactée pour les bousiers, et le point commun entre les tétons humains et le pénis des hyènes.

    « Rien en biologie n'a de sens, si ce n'est à la lumière de l'évolution », disait un célèbre généticien. Mais cette lumière projette des ombres étranges et difficiles à décrypter, et les sujets présentés sont ici à la frontière de la recherche scientifique.

    Ajouter au panier
    En stock
  • « Je dédie ce livre à mes petits-enfants. En commençant à l'écrire, j'ai pris conscience de la valeur symbolique que je pouvais lui donner : celle d'un testament spirituel. Que voudrais-je leur raconter sur ce grand Univers qu'ils continueront à habiter après moi ? J'ai alors songé à ces conversations avec l'une de mes petites-filles, où nous observons, étendus confortablement sur des chaises longues, le ciel étoilé. Je me suis senti revivre ces soirées de mois d'août avec mes enfants qui me bombardaient de questions pendant que nous attendions les étoiles filantes.

    La contemplation de la voûte céleste et le sentiment de notre présence parmi les astres provoquent un désir partagé d'en savoir plus sur ce mystérieux cosmos que nous habitons. Il sera ici question de science, ce qui n'exclut pas la poésie ».

    H. R.

  • L'album Poussières d'étoiles (1984), grand succès d'Hubert Reeves, connaît depuis quelques mois une nouvelle jeunesse avec une édition mise à jour. Parallèlement, la version poche de 1994, qui était le n°100 de « Points sciences », bénéficie à son tour de la mise à jour. « Contempler et comprendre » : le programme d'Hubert Reeves est plus que jamais à la portée de toutes les bourses.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Comment de nouvelles maladies infectieuses apparaissent-elles ? Pourquoi certains antibiotiques cessent-ils d'être efficaces ? Quels impacts peuvent avoir les changements de mode de vie ou les politiques de santé publique sur la virulence des agents pathogènes ? La pandémie du nouveau coronavirus humain, après celles du VIH ou de bactéries multi-résistantes, illustre de manière éclatante l'importance et la rapidité de l'évolution des microbes.

    À l'approche pasteurienne, qui décortique les mécanismes cellulaires pour apporter des réponses au niveau individuel, il est nécessaire d'associer une approche darwinienne qui étudie la dynamique des populations au sein de leurs environnements : seule une démarche intégrant les deux approches permettra de maîtriser les agents infectieux et de trouver des traitements tant originaux que durables.
    />

  • En un temps où les grands programmes de la génomique drainent la majeure partie des moyens humains et financiers de la biologie, un botaniste tente de rétablir un salutaire équilibre. À l'exact opposé d'une vision anthropocentrée recherchant une explication déterministe, voire mécaniste, du vivant, Francis Hallé entreprend ici d'élargir l'horizon des sciences de la vie au monde végétal en mettant l'accent sur l'observation in situ et l'étude qualitative des plantes.
    Une remarquable leçon de biologie incitant à rendre d'urgence à la plante la place, primordiale, qui est la sienne.

  • Pour partir à la découverte du ciel nocturne, un petit guide simple, sûr et complet. Le tour du ciel en 32 cartes, pour apprendre à reconnaître les étoiles, mais d'abord à les observer - avec le meilleur des instruments : l'oeil. Des conseils pratiques d'observation, des cartes imprimées avec une encre fluorescente, les constellations visibles des deux hémisphères, Nord et Sud - de quoi mettre le ciel dans sa poche.

  • Issus des chroniques hebdomadaires d'Hubert Reeves sur France Culture, et faisant suite aux Chroniques du ciel et de la vie, ces textes brefs constituent un véritable tour de force par la simplicité avec laquelle l'auteur présente notre compréhension du cosmos sans pour autant masquer la subtilité des notions évoquées : le Big Bang, la courbure de l'Univers, la matière et l'énergie « sombres », les univers parallèles, le principe anthropique, les trous noirs, etc. Une remarquable mise à jour des plus récentes découvertes de l'astrophysique et de la cosmologie.

  • « Quel mauvais sort semble avoir été jeté sur l'espèce humaine ? Pour quelles raisons son impact sur la nature est-il si profondément dévastateur et si difficile à transformer en action positive ?

    Mais "là où il y a danger, croît aussi ce qui sauve", écrivait le poète allemand Hölderlin. L'espoir naît aujourd'hui d'une conscience rapidement croissante de la gravité de la situation et des efforts vigoureux pour panser les blessures de la planète. Peut-être nous épargneront-ils de figurer un jour sur la liste des espèces disparues.

    L'avenir de la vie sur Terre est éclairé par les connaissances que, grâce au travail des scientifiques depuis des siècles, nous avons accumulées sur notre monde. Les galaxies et les atomes nous permettent de mieux comprendre, et, peut-être, de mieux maîtriser notre destin ».

    H. R.

  • Ciel noir, corps noir, trou noir, matière noire et énergie noire : pourquoi cette fascination du noir chez les physiciens ?
    Cette interrogation permet de traverser l'histoire de la physique et d'éclairer nombre de ses enjeux actuels. Le noir de la nuit est une énigme paradoxale qui a préoccupé les astronomes pendant des siècles ; le rayonnement du corps noir est à l'origine de la révolution quantique ; le trou noir est une fascinante singularité spatiotemporelle ; la matière noire et l'énergie noire sont des hypothèses mystérieuses de la cosmologie contemporaine.
    À partir de leurs disciplines respectives, un astrophysicien et un philosophe des sciences apportent un éclairage à la fois critique et émerveillé sur les idées noires de la physique !

  • Nos machines vont-elles devenir plus intelligentes et plus puissantes que nous ? Notre avenir est-il celui d'une cybersociété où l'humanité sera marginalisée ? Ou accéderons-nous à une forme d'immortalité en téléchargeant nos esprits sur les ordinateurs de demain ?

    Ce moment critique, baptisé « Singularité technologique », est l'un des poncifs de la futurologie contemporaine et son imminence est proclamée et souhaitée par des technogourous comme Ray Kurzweil (chef de projet chez Google ! ) ou Nick Bostrom (de la vénérable université d'Oxford). Certains scientifiques et entrepreneurs, non des moindres, tels Stephen Hawking ou Bill Gates, partagent ces perspectives mais s'en inquiètent.

    Un essai critique et concis par l'un de nos meilleurs experts des humanités numériques.

  • « Nous ne sommes pas seuls au monde » ? il existe d'autres pensées que la nôtre, d'autres façons de faire pour prendre en charge les douleurs de l'existence. « Nous ne sommes pas seuls au monde » ? c'est par cette formule qu'en Afrique de l'Ouest on reconnaît l'action des esprits qui viennent perturber la vie des humains. Dans le cadre d'une psychothérapie, tous les patients doivent être pris en compte, écoutés et aidés comme des témoins et non comme des victimes, à partir de leurs forces et non de leurs faiblesses. Ils sont dès lors tenus pour des experts de leur propre souffrance : toxicomanes, migrants, anciens membres de sectes. deviennent ainsi acteurs de leur thérapie.

  • Les essais rassemblés ici cherchent à esquisser ce que l'on aimerait appeler une critique de science. Non pas une critique de la science où elle serait d'emblée mise en accusation, mais plutôt un questionnement sur ses tenants et aboutissants, qui aide à en comprendre, sans les séparer, les contenus, la nature et les enjeux.

    Le titre de ce livre, s'il trouve son origine dans le paradoxe qui permet d'assigner à l'ombre une vitesse supérieure à celle de la lumière, renvoie surtout à la crise du projet des Lumières et à la sombre perspective d'une technoscience qui ne délivrerait plus que d'obscures clartés.

    La stratégie suivie dans ces études consiste, pour mieux comprendre l'activité scientifique, à en explorer les limites, à partir de questions singulières mais éclairantes: pourquoi les physiciens, depuis quatre siècles, s'intéressent-ils à l'Enfer? d'où vient le mythe des sept couleurs de l'arc-en-ciel? quelle est la portée des lettres de l'alphabet dans les formules (cabalistiques, effectivement) de la physique? que nous disent de la science les anecdotes qui courent sur les grands savants, et sur Einstein au premier chef? la science a-t-elle une universalité transculturelle? le partage du savoir ne demande-t-il pas aussi celui de l'ignorance? y a-t-il une Muse de la science?

  • Erwin schrödinger, le grand pionnier de la théorie quantique, est-il vraiment mort en 1961 ? on peut légitimement en douter à la lecture des textes ici rassemblés, qui montrent que sa pensée n'a rien perdu de son actualité.
    Il y évoque la "barbarie de la spécialisation" et la nécessaire intégration de la science à la culture, convaincu que la recherche scientifique doit aller de pair avec l'"enquête" philosophique et la réflexion épistémologique. il y parle de la science d'une voix étonnamment proche, avec cet inimitable mélange de profondeur et de légèreté, et ce lumineux sens de l'analogie qui a fait le succès du célèbre article (inédit en français) du "chat de schrödinger .
    Un chat qu'il faut bien - comme schrödinger lui-même imaginer à la fois mort et vivant.

  • « Les oiseaux, leurs prouesses, leurs migrations, offrent l'un des plus émouvants témoignages de la prodigieuse richesse de notre univers. Comment le vol gracieux des hirondelles a-t-il pu émerger de la chaotique matière primordiale ? Les oiseaux seront ici nos guides dans la recherche des ferments du levain cosmique.
    Dans son évolution créatrice, la nature met en jeu toutes ses forces, elle fait feu de tout bois. Lève la pâte du cosmos : dans les débris d'étoiles éclatées, les atomes d'hydrogène et d'oxygène s'associent pour donner l'eau vitale, et les cellules se fédèrent en organismes au sein de l'océan primitif de la Terre. Il y a soixante-cinq millions d'années, la chute d'une météorite au Mexique fait disparaître les dinosaures, et les mammifères se développent ; dans cette lignée évolutive à succès, apparaissent l'Homme et la pensée. Ce levain cosmique nous le portons en nous. C'est lui qui nous incite à poursuivre, à notre modeste échelle et pendant notre brève existence, la fabuleuse odyssée de la complicité cosmique. » H. R.

    Hubert Reeves Astrophysicien, enseigne la cosmologie à Montréal et à Paris. Il a publié au Seuil plusieurs ouvrages, Patience dans l'azur, Malicorne, Poussières d'étoiles, Mal de Terre qui ont rencontré la faveur d'un très large public.

  • Le bestiaire de l'astrophysique regorge de créatures étranges, supernovæ apocalyptiques, étoiles à neutrons hyperdenses, ou discrètes naines blanches. Mais les plus mystérieuses et les plus excitantes sont sans conteste les trous noirs, d'une compacité extrême, invisibles, et pourtant - affirment les astrophysiciens - accidents ordinaires de notre espace-temps.

    L'auteur fait ici la part des connaissances actuelles, des espoirs en matière d'observation et des spéculations théoriques. Un étonnant voyage aux confins de l'espace et du temps.

  • « À des températures de milliards de degrés, la matière et l'antimatière, les quarks et les gluons ont joué des rôles essentiels dans l'élaboration de notre univers. Des phénomènes subatomiques, qui se sont déroulés au cours de la « première » seconde, se répercutent sur les plus grandes structures actuelles de l'univers. L'accélérateur nous permet d'en simuler le comportement passé, tandis que le télescope nous en montre l'aboutissement.
    À mi-chemin entre ces « infinis », l'esprit humain cherche à comprendre d'où il vient. Ses milliards de neurones, nés de l'évolution cosmique, se mettent en oeuvre pour reconstituer sa propre histoire. Des chercheurs, joignant leurs savoirs, creusent toujours plus loin les mystères du cosmos. Les résultats les plus récents de cette quête sont présentés dans ce livre. » H. R.

  • L'opposition entre la vie et la mort est pour nous si " naturelle ", et pour les biologistes si évidente, qu'il aura fallu des siècles pour la remettre en question. L'idée que la mort de nos cellules puisse être programmée par l'organisme lui-même, et non résulter d'agressions externes, ne s'est imposée que très récemment... Mais elle a tout changé dans nos conceptions de l'apparition de la vie, du développement, des maladies et du vieillissement. Comprendre qu'un embryon est autant dû à une prolifération qu'à une destruction massive de cellules, ou qu'un cancer puisse être causé par l'arrêt des processus de suicide cellulaire, c'est voir le vivant sous un jour nouveau. Tel est le but de ce livre rare où le biologiste et l'écrivain, devenus indiscernables, ouvrent à la réflexion philosophique des espaces insoupçonnés.

  • Ce livre met en parallèle l'histoire de l'Univers et celle des êtres humains. Hubert Reeves nous émerveille d'abord en nous contant les improbables et fécondes propriétés de la matière, tant atomique que glactique, qui lui ont permis de se complexifier jusqu'à voir apparaître la vie et l'intelligence sur Terre et peut-être ailleurs. C'est la belle-histoire.Il nous avertit ensuite des dangers qui pèsent sur la planète - de notre fait. Le sort tragique de tant d'espèces, disparues, des mastodontes aux grands pingouins, ou menacées, des chimpanzés aux abeilles. C'est la moins-belle-histoire.Comment alors concilier ce que la science nous apprend sur la merveilleuse croissance de l'organisation à l'échelle cosmique avec les graves risques de détérioration que la crise écologique contemporaine fait peser sur l'avenir de la vie sur la Terre ? La prise de conscience de cette situation conflictuelle et la volonté de réagir qui se dessinent aujourd'hui nous donnent-t-elles l'espoir d'un avenir plus vert ? Hubert Reeves, astrophysicien, enseigne la cosmologie à Montréal et à Paris. Il a publié au Seuil de nombreux ouvrages dont Patience dans l'azur, Poussières d'étoiles, Chroniques cosmiques, L'Univers expliqué à mes petits-enfants, qui ont rencontré la faveur d'un très large public. Il préside l'association Humanité et Biodiversité.

  • Erwin Schrödinger est universellement connu comme l'un des fondateurs de la théorie quantique. Sa position unique dans l'histoire de la pensée du XXe siècle reste en revanche largement ignorée. L'Esprit et la Matière, publié en 1958, témoigne d'une pensée philosophique et d'options métaphysiques en avance sur son temps. Authentiquement philosophe, et scientifique brillant, Schrödinger était bien placé pour mesurer tout à la fois la nécessité et le coût exorbitant de l'acte fondateur des savoirs objectifs : le retrait ou, plus précisément, l'« Élision » du sujet connaissant. Que cette tension nous paraisse, aujourd'hui, essentielle - comme en témoigne l'essai de Michel Bitbol - montre que la rencontre avec la conception du monde de Schrödinger est désormais possible.

  • Ce petit livre, tiré à 500 exemplaires - aussitôt vendus! - il y a exactement quatre siècles, signale l'un des gestes les plus lourds de sens de l'histoire des sciences: Galilée tourne sa lunette vers le ciel et se fait le messager de nouvelles stupéfiantes. Les étoiles sont plus nombreuses qu'on le croyait. La Lune, loin d'être une sphère parfaite, est hérissée de montagnes et criblée de cratères. Jupiter, enfin, possède quatre lunes, ce qui démontre que la Terre n'est qu'une planète parmi d'autres. Cinquante pages pour remettre en question tout un savoir sclérosé et faire passer l'homme, comme l'avait formulé l'historien Alexandre Koyré, "du monde clos à l'univers infini"...

  • "et maintenant, attention: tenez-vous bien, attachez vos ceintures.
    Non pas que ce que je vais vous dire soit particulièrement difficile à comprendre, mais tout simplement parce que ça va vous sembler le comble du ridicule. jugez-en: nous dessinons des petites flèches sur une feuille de papier! c'est tout. " l'électrodynamique quantique, prototype des théories de la physique moderne, devient un jeu d'enfant quand elle est expliquée par un de ses auteurs, richard feynman.
    En analysant "avec des petites flèches" comment la lumière se réfléchit sur les miroirs et pourquoi les bulles de savon présentent des irisations, il montre que les notions les plus difficiles sont explicables sans aucun formalisme mathématique et que leur sens profond est à la portée de tous.
    Un sommet de la vulgarisation scientifique.

  • Dans ce dialogue avec le sociologue Frédéric Lenoir, Hubert Reeves brosse avec sa verve habituelle un tableau, non des merveilles du cosmos, mais des menaces que font peser sur la planète les excès de l'activité humaine.
    Des scénarios possibles du réchauffement climatique au « trou » dans la couche d'ozone, de la gestion des déchets nucléaires et chimiques à la déforestation et à la disparition accélérée des espèces vivantes, le tableau est sombre mais non dénué de lueurs d'espoir.
    Faisant référence au méga-projet Manhattan qui avait permis de mettre au point l'arme nucléaire, l'auteur préconise ici un projet « anti-Manhattan » écologique, seul capable de sauver ce qu'il reste de la biodiversité de notre planète vivante.
    Au vu des obstacles économiques et politiques qu'ont dressé sur cette route les idéologies sociales du XXe siècle, Hubert Reeves s'en remet à l'émergence de nouveaux dynamismes dans les générations à venir. Jeunes et moins jeunes, en tout cas, trouveront ici, grâce aux notes abondantes, un point précis et documenté sur la situation actuelle.

empty