Religions et sagesses orientales

  • En 327 propos éclairant le sens et la valeur de la vie, Patrice Franceschi compose un système éthique original dans le prolongement de la pensée stoïcienne grecque couplée à l'esprit samouraï japonais.

    Un ouvrage de philosophie pratique qui appelle l'homme moderne à une nouvelle forme d'accord intérieur avec lui-même pour s'opposer à la guerre de tous contre tous et à la fin des libertés.

  • Dans ce recueil de textes issus de conférences, Krishnamurti questionne le rôle de l'autorité et son influence trompeuse, négative, sur nos manières d'être au monde, de le penser et de s'y connecter. Pourquoi et comment, lors de moments de doute, de découragement ou de tristesse, en vient-on à accorder un pouvoir sur nos vies à des maîtres à penser, des guides, au lieu de se fier à soi-même ?

    Qu'il soit extérieur ou issu de notre propre expérience, le principe d'autorité nous conduit à confier et déléguer le sens de notre vie à tout ce qui est connu, établi et stable - la tradition passée, la croyance, les structures de pensée, les émotions ou l'ego - plutôt que de chercher à comprendre par soi-même le monde et la dynamique de la vie.

    En cultivant un regard critique radical à l'égard de l'autorité, Krishnamurti nous invite à accéder à une transformation en profondeur tant au niveau de l'individu que de la société dans son ensemble.

  • 108 courtes histoires, drôles et inspirantes, pour profiter de la vie en toute simplicité.

    Dans chacune d'entre elles, Ajahn Brahm traite des choses de l'existence, petites et grandes, et des notions qui sont au coeur du bouddhisme comme l'attention, la souffrance, le pardon, la compassion ou le bonheur.

    Derrière un ton léger, enjoué et parfois caustique, le maître spirituel ouvre, « l'air de rien » et avec générosité, les voies de la méditation au plus néophyte des lecteurs. Il offre des leçons de sagesse accessibles et originales, qui parleront aux adultes comme aux enfants.

    De formation scientifique occidentale, Ajahn Brahm est moine bouddhiste depuis trente ans. Il est abbé d'un monastère dans la banlieue de Perth, en Australie, où il accueille des milliers de chercheurs du monde entier.

    En stock

    Ajouter au panier
  • L'enseignement de Krishnamurti repose sur la conviction que les transformations de la société ne peuvent se faire qu'au terme d'une transformation des individus. Critique vis-à-vis des religions et des sectes, Krishnamurti n'aura de cesse de répéter que le bonheur passe par le refus de tout type d'autorité. C'est le sens des multiples conférences qu'il a données pendant des dizaines d'années, partout dans le monde.
    « Dès l'instant où vous suivez quelqu'un, vous cessez de suivre la Vérité. » Le Sens du bonheur - un best-seller mondial - nous permet de voir le monde autrement. Sans parti pris, universelle, la parole de Krishnamurti nous fait découvrir les racines mêmes de nos problèmes personnels et de ceux de la société qui nous entoure. Il nous apprend l'art de voir et d'écouter avec notre coeur. Et à découvrir la Vérité qui est en nous.
    Krishnamurti (1895-1986) Grand philosophe et sage indien du XXe siècle.
    Traduit de l'anglais par Colette Joyeux

  • « Le révérend Rahula a reçu selon toutes les règles la formation traditionnelle d'un moine bouddhiste à Ceylan et revêtu d'éminentes fonctions dans un des principaux instituts conventuels (Pirivena) de cette île où la Bonne Loi fleurit depuis le temps d'Asoka et a conservé jusqu'à nos jours toute sa vitalité. [...] Le livre qu'il a bien voulu me demander de présenter au public occidental est un exposé lumineux et accessible à tous, des principes fondamentaux de la doctrine bouddhique, tels qu'on les trouve dans les textes les plus anciens, ceux qu'on appelle en sanscrit «la Tradition» (Agama) et en pali «le Corpus canonique» (Nikaya), et auxquels le révérend Rahula, qui en possède une connaissance incomparable, se réfère constamment et à peu près exclusivement. » Paul Demiéville

  • Amma, sage exceptionnelle de l'Inde contemporaine, partage ici son regard sur la vie intérieure et spirituelle : de la relation maître-disciple à l'art d'être spectateur de la vie, du mental et de l'ego au travail désintéressé, de la voie de la dévotion à l'Éveil... Elle met à la portée de chacun un art multimillénaire, celui de la libération intérieure.

    Ce second tome des enseignements d'Amma parachève la synthèse de quarante années de transmission et d'instructions sur la Voie.

    Édition établie par Valérie Servant. Traduit de l'anglais par Embracing the World.

  • Le bouddhisme, une philosophie du bonheur ?

    Le bouddhisme est l'objet de nombreux malentendus : il ne serait pas une religion mais une philosophie, la méditation se réduirait à la pleine conscience et l'ego bouddhique équivaudrait à celui des psychologues.

    S'employant à défaire ces croyances, ce livre fait aussi la lumière sur des notions délicates comme celle du karma ou de la réincarnation. Il s'interroge sur l'importance de la relation maître-disciple, sur l'éthique de la non-violence. Et il s'arrête sur cette question essentielle : le bouddhisme est-il réductible à un outil de développement personnel ? Car tel est l'enjeu : comment transmettre au monde contemporain la sagesse libératrice du Bouddha sans la diluer ou la déformer ?

    En douze questions, une lecture éclairée et éclairante du bouddhisme afin d'en restaurer la force et d'en affiner la connaissance.

  • Le but de la vie est le bonheur, nous rappelle le dalaï-lama.
    Pour être heureux, nous devons atteindre la paix de notre esprit. plus nous nous emploierons à rechercher le bonheur d'autrui, plus grande sera notre paix intérieure. car aucune félicité n'est possible sans compassion envers son prochain. dans les voies spirituelles du bonheur, sa sainteté le dalaï-lama livre un enseignement permettant à chacun de développer cette capacité d'amour d'autrui qui offre les clés du vrai bonheur.
    Comment réagir face à la violence et à l'injustice, venir à bout d'un amour propre trop envahissant, apprendre à pardonner... afin de mieux aimer les autres ? à ces questions, ce livre apporte des réponses simples au moyen d'un enseignement accessible à tous et imprégné de la vivacité d'esprit d'un professeur sans égal. il présente des techniques pour développer, même dans les situations les plus difficiles, l'esprit d'altruisme et d'équité qui réside en chaque être.
    La révolution n'est-elle pas celle du coeur ?

  • « Il n'y a pas de liberté, pas de libération créatrice à travers une action qui est fondée sur une idée. [...] l'action existe lorsque l'idée cesse, et l'idée cesse lorsqu'il y a amour ».

    Dans ces conférences données entre 1949 et 1950 à Bénarès et à Paris, Krishnamurti montre que l'action juste ne peut intervenir que dans un état de création. Cet état nécessite une liberté d'exploration de l'instant présent, une appréhension de la vie sans a priori, afin de la reconnaître pour ce qu'elle est.

    La parole intransigeante et limpide de Krishnamurti invite chacun à découvrir le chant de son propre coeur au lieu de reproduire celui de l'autre. Dans un monde en tumulte, une puissante incitation à créer sa propre vie.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Argent, sexe et travail occupent notre quotidien, et souvent nous préoccupent. Un chemin spirituel authentique peut-il alors les exclure ? Chögyam Trungpa nous conduit à réaliser le caractère sacré de la vie, y compris de ces activités qu'on croit triviales : le travail que nous avons pris l'habitude de subir, le sexe étouffé par les conventions, l'argent, objet d'avidité et moyen de contrôle, et pourtant nécessaire. Les enseignements rassemblés ici montrent que la créativité est la clé du travail, que celle du sexe est la communication et que l'argent est un moyen de prendre conscience de la façon dont nous utilisons notre énergie. Alliant réalisme et respect de la vie, Trungpa nous incite accueillir le quotidien avec un esprit ouvert, créatif, et à l'utiliser comme une partie intégrante de notre développement.

  • Amma parcourt le monde, alternant longues heures de darshan, cette étreinte maternelle donnée à chacun, et enseignements. Pour chaque jour de l'année, voici quelques-unes de ses plus belles paroles, sous la forme d'un calendrier perpétuel.

    La vie d'Amma est son seul message : tout donner et se donner soi-même. Sa religion est l'amour.

    Édition établie par Valérie Servant. Traduit de l'anglais par Embracing the World.

  • Ce livre est un manuel pratique d'audace et de sagesse, il propose pour chaque jour une authentique citation de Swami Prajnanpad, ce maître indien confidentiel qui recevait ses disciples un par un, dans un endroit reculé de la campagne bengalie.

    Swami Prajnanpad est véritablement le maître du Oui. En prenant ce Oui pour compagnon de route, le lecteur pourra aller aussi loin que possible dans la découverte de soi et des autres, devenir un être humain meilleur et plus heureux.

    Swami Prajnanpad (1891-1974) est un maître spirituel accompli. Son enseignement, connu sous le nom d'Adhyatma yoga, propose, entre travail sur l'inconscient et Vedânta, une voie originale vers la liberté.

  • « S'asseoir, tout simplement » est une célèbre formule de la tradition zen pour décrire la méditation. Sa limpidité dit pourtant l'exigence d'une transformation de soi. Dans l'assise méditative en effet, le pratiquant est invité à se défaire inconditionnellement des peurs et des jugements qui colorent la réalité, pour vivre une expérience d'unité et de simplicité.

    Répondant aux nombreuses questions que le néophyte comme le pratiquant avancé peuvent se poser sur la posture physique, l'attitude mentale, les différentes techniques, la relation avec le maître, ce livre décrit minutieusement les mécanismes psychologiques qui empêchent ou permettent l'expérience méditative.

    Un livre indispensable sur la voie d'une méditation authentique.

  • Préceptes de vie

    Confucius

    Confucius n'explique rien, ne sous-entend rien, ne fait aucun mystère ; il remet simplement les choses à leur place. Sa pensée est le rappel d'un ordre très ancien et pourtant très proche, mais dont l'évidence est telle qu'il passe inaperçu. Il concerne la manière dont l'homme doit se tenir pour faire apparaître le miracle de son humanité. Or, lorsque l'homme devient humain, le monde lui-même peut à son tour apparaître dans sa forme et sa vérité natives. La langue chinoise le dit à même les signes de son vocabulaire : l'homme, lorsqu'il se tient debout, c'est-à-dire en homme, joint la terre au ciel. L'ordonnancement harmonieux des éléments et des êtres le monde et la vérité de l'humanité se font écho. Ils se soutiennent et se détruisent l'un l'autre. Le pourquoi est un mystère que Confucius ne cherche pas à mettre au jour. Seul le comment l'occupe. Comment habiter le monde comme on habite sa propre humanité ? Telle est la voie royale et nécessaire qu'ouvre le geste confucéen.

  • Révolutionnaire, yogi, philosophe, poète, Sri Aurobindo fait partie de ces êtres hors du commun dont l'oeuvre nous raconte l'histoire d'une « vie divine ». Son enseignement, fidèle à la cosmologie des Védas, se démarque cependant des voies traditionnelles. Par le biais de son « Yoga intégral », il propose une éducation totale de l'homme par un travail simultané sur les fonctions physiques, émotionnelles et mentales, permettant l'ouverture à la « Force » qui génère, organise et transforme la matière vivante. Ainsi, la réalisation du divin en soi ne constitue pas le but ultime, mais la première étape de la grande aventure de la conscience qui doit conduire l'humanité à évoluer jusqu'à sa complète perfection.

  • « Un certain nombre de voies de traverse conduisent à une version distordue, égocentrique, de la vie spirituelle. Nous pouvons nous illusionner en pensant que nous développons spirituellement, alors qu'en fait nous usons de techniques spirituelles pour renforcer notre ego. Cette distorsion fondamentale mérite le nom de matérialisme spirituel. » Chögyam Trungpa Ces enseignements ont fait connaître Chögyam Trungpa à l'Occident. Ils n'ont rien perdu de leur force d'attaque et de leur clarté dans l'exposition des principes de la voie bouddhiste. Le style pédagogique de l'auteur, inimitable et emprunt d'humour, a révolutionné la transmission du dharma.

  • Le bouddhisme s'est implanté en Occident et ne cesse d'y faire des adeptes. Ce succès révèle-t-il en creux ce qui manque à l'Occident, ce qu'il recherche aujourd'hui, en dehors des formes traditionnelles de religion ? Réciproquement, le bouddhisme est confronté à des réalités nouvelles : la démocratie, la laïcité, le féminisme, le christianisme... Comment se situe-t-il par rapport à elles ? Peut-il apporter ses propres réponses ? La rencontre de ces deux univers est pour le bouddhisme l'occasion de se dévoiler, mais aussi de se renouveler. Ce livre passionnant décrit et interprète cette rencontre culturelle et spirituelle. Il s'adresse évidemment aux bouddhistes, mais surtout à tous ceux qui ne le sont pas et qui s'interrogent sur l'influence possible de la spiritualité bouddhique.

  • « L'idéal du yoga, l'état de jîvanmukta, est de vivre dans un «éternel» présent, en dehors du temps. Le «libéré dans la vie» ne jouit plus d'une conscience personnelle, mais d'une conscience-témoin, qui est lucidité et spontanéité pure... Le yoga s'intègre dans une tradition universelle de l'histoire religieuse de l'humanité : celle qui consiste à anticiper la mort pour s'assurer la renaissance dans une vie sanctifiée, c'est-à-dire rendue réelle par l'incorporation du sacré. Mais l'Inde s'est aventurée particulièrement loin sur ce plan traditionnel. La renaissance initiatique se traduit pour le yoga par l'obtention de l'immortalité ou la liberté absolue ».

    Dans ce livre, Mircea Eliade revient à la discipline spirituelle que signifie le yoga, trop souvent ramené aujourd'hui à des techniques psycho-corporelles de relaxation. Et il montre que Patañjali, auteur d'un traité fondateur intitulé Yoga-Sutra, fut un véritable maître spirituel.

  • Alors que le confucianisme devint une morale officielle, le taoïsme, né au cours de la même période (Ve siècle v. J.-C.), eut une influence prépondérante sur la vie spirituelle des individus. Phénomène déconcertant, il allie un haut mysticisme à une magie superstitieuse, des vues profondes et puériles sur la nature humaine, et s'est développé de façon anarchique sous des influences et des personnages très divers. Dans cet ouvrage aussi éclairant que riche, Kaltenmark présente le contexte de la naissance du taoïsme, les éléments principaux de sa doctrine (dont la déterminante notion de Tao), s'attarde sur la religion taoïste, la pensée de la nature, et rassemble tous les éléments connus sur ses grandes et mystérieuses figures, Lao tseu et Tchouang tseu.

  • En Occident, on dit facilement d'un tel qu'"il est trop poli pour être honnête". En Chine, on préfère penser qu'"on ne vous en voudra jamais d'être trop poli". Là-bas, les maximes délivrant une règle de conduite, les préceptes destinés à fixer le cours des choses, les sentences qui impliquent un jugement - bref, les proverbes - constituent à leur manière un vade-mecum mental, quasi inconscient, des mentalités et des comportements sociaux depuis les temps les plus reculés.
    L'art du discours en Chine s'est toujours plu à recourir aux maximes et aux sentences, et Mao Tse-toung lui-même n'a pas manqué de recourir à cet héritage proverbial très populaire. Il est vrai, selon un sage récent, qu'"il n'y a pas de proverbes creux dans l'Antiquité"... Et il ne faut pas oublier, en méditant les quelque quinze cents proverbes présentés ici par thèmes, que "sur dix proverbes, cinq sont vrais".

  • L'émir Abd el-Kader ne fut pas seulement le héros prématuré d'une Algérie indépendante. Mystique extatique, rattaché à l'École doctrinale et à la pensée initiatique d'Ibn Arabî, il s'est imposé, pendant son exil à Damas, comme l'un des maîtres spirituels majeurs du soufisme contemporain.

    L'enseignement qu'il a donné à ses disciples pendant plus d'un quart de siècle est rassemblé dans un ouvrage volumineux, le Kitâb al-Mawâqif ou « Livre des Haltes », d'où sont extraits les textes présentés ici, dont Michel Chodkiewicz donna la première traduction dans une langue européenne en 1982.

  • « Je rêvais de rencontrer dans un regard la lumière du désert. Pendant des années, cette terre m'avait mise sur la voie de l'essentiel. Désormais, je cherchais un guide ».

    Ce guide, Blanche de Richemont l'a trouvé dans un village d'Inde, aux pieds de l'Himalaya : il s'agit de Vijayananda, disciple de Ma Anandamayi - une des plus grandes saintes que l'Inde ait portées. Auprès de ce Rishi (Maître de l'humanité) à la sagesse et à l'humour libérateurs, elle apprend à tourner son existence vers la Joie. Cette Joie à laquelle nous aspirons tous.

  • Les discours du Bouddha conservés en sanskrit au sein des anciennes écoles du Nord-Ouest de l'Inde sont à peu près inconnus des étudiants en Occident. Généralement, on approche la doctrine du Bienheureux à travers les textes conservés en pâli ou ceux d'une tradition postérieure, le Mahâyâna. Le présent recueil rassemble quatre-vingt-dix petits soûtras destinés aux laïques et appartenant à cette antique tradition. Comme ils ne subsistent qu'en chinois, c'est de cette langue qu'ils ont été traduits.

  • « L'homme a accumulé un savoir immense dans le domaine de la science, de la psychologie, de la biologie, des mathématiques, etc. [...] Ce savoir nous a-t-il donné la liberté, une vie juste, une vie qui soit fondamentalement bonne ? » Telle est la question qui traverse les conférences données par Krishnamurti en 1981 et 1982, en partie réunies dans ce livre. Avec l'intransigeance qui caractérise sa parole, le philosophe appelle à observer la condition humaine telle qu'elle est pour découvrir si un changement radical est possible, si le conflit, la douleur et la souffrance peuvent cesser. Or observer la condition humaine, c'est lui donner une attention complète, lui consacrer toute notre énergie, notre courage, notre coeur. Une telle compréhension est pure intelligence, libre de toute causalité. La flamme de l'attention est la voie d'un changement véritable.

empty