Judaïsme

  • Comment lire la Torah ? Toute lecture fondamentaliste d'un livre saint met en péril la liberté, en le figeant dans une vérité immuable. Toute lecture historique et critique comprend ce livre en fonction de son contexte historique d'écriture, mais en omettant la question du sens de ce livre pour les lecteurs d'aujourd'hui. Le présent ouvrage montre comment une lecture spirituelle selon la tradition juive permet de sortir de cette impasse : la langue des textes étudiés porte des significations à déployer dans le temps, grâce à leurs innombrables lecteurs ; elle ne sépare jamais la quête de la vérité d'un travail exigeant sur soi-même. Dès lors, lire la Torah, c'est aussi voyager dans l'histoire, avec d'autres hommes et femmes. La Torah parle bien de notre présent, et ne donne pas de solutions.

  • Le Zohar, ou Livre de la splendeur, est un classique de la mystique juive, et le livre le plus achevé de la Kabbale.
    De ce commentaire de la Loi (qui suit le plan des cinq premiers livres de la Bible), notre volume présente des extraits choisis pour leur vivacité colorée dans la description de la vie spirituelle, pour leur acuité dans l'exégèse de l'Écriture, pour le caractère multiple de la pensée sur l'âme, la vie de la foi, l'amour humain et l'amour divin, la souffrance et la mort, l'exil et la rédemption.
    Gershom Scholem, dont la compétence en matière de mystique juive reste mondialement reconnue, fait, dans l'Introduction, le point de ce que l'on sait aujourd'hui de cette oeuvre majeure et de son auteur.

  • À côté de la Bible - la Loi écrite -, le Talmud constitue la Loi orale, l'enseignement jamais interrompu de la tradition juive, sa mémoire et les racines de sa culture.

    Réflexion à partir de ce texte sacré, Le Livre brûlé se déploie en trois livres : le premier présente une introduction à l'univers talmudique ; le deuxième commente deux textes importants de la Michna et de la Guémara, qu'il confronte aux réflexions philosophiques contemporaines ; le troisième, enfin, interroge la figure énigmatique d'un maître hassidique, Rabbi Nahman de Braslav, qui, sentant la mort venir, détruisit par le feu un de ses écrits...

    Ces trois livres en suscitent d'autres, à l'infini, et posent la même question : ne faut-il pas « détruire » les livres pour donner naissance à la pensée, pour créer le renouvellement du sens ? Pour que la fidélité aux écritures ne se pétrifie pas en refus aveugle du temps et de l'Histoire ?

  • * Dès son premier livre, Récits du Mellah, Ami Bouganim s'est imposé comme le meilleur animateur de l'école mystique ludique qui prêche le rire pour mieux arracher les hommes au terrible esprit de sérieux et les initier à l'esprit de légèreté et de dérision. Les lecteurs pourront à nouveau apprécier son talent avec ce recueil de dires talmudiques réunis et présentés par ses soins. Non que le Talmud soit une partie de rigolade ni les maîtres qui le commentèrent des potaches. Mais en même temps qu'ils mirent au point une discipline intellectuelle capable de découvrir sans cesse des sens nouveaux à ce texte régissant la vie intime et publique des Juifs, ils inventèrent une tournure d'esprit humoristique qui invoque le ciel pour railler les prétentions de la Terre. L'humour talmudique est une réaction de l'intelligence sidérée par la sottise et le ridicule de certaines prétentions humaines : une sagesse consciente de ses limites terrestres, de ses faiblesses charnelles et de ses illusions surnaturelles. Le Rire de Dieu en offre les meilleures perles. * Ami BouganimVit à Jérusalem où il enseigne la philosophie. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont les Récits du Mellah (JC Lattès, 1981), Le Cri de l'arbre (Stavit, 1983), Le Juif égaré (DDB, 1990).

  • Pour la tradition juive, le sens de l'Ancien Testament est inépuisable : l'interprétation est libre d'en proposer, de génération en génération, des lectures nouvelles. À l'opposé de toute vision dogmatique, cette permanente invention du sens constitue l'essence même de la Révélation. Il y a là comme un Eros qui vivifie le texte, reflet lointain de la parole divine. Certes, parce que cette parole est destinée aux hommes et qu'elle vise à régler leur vie sur cette terre, le souffle originel de l'Eros s'est incarné, dans le texte biblique, en discours de la Loi. Mais, pour comprendre l'esprit qui le fait vivre, il s'agit de découvrir, derrière ce discours de la Loi, l'Eros primordial qui l'entraîne. Cette inspiration, Stéphane Mosès a voulu la retrouver dans sa lecture de textes majeurs de la Bible : la création de l'homme et de la femme, le conflit entre Jacob et Esaü, le récit de la révélation du Sinaï... Mais cette tradition elle-même est réinterprétée ici dans les termes du discours philosophique occidental. Ainsi naît une autre façon de lire la Bible, et une autre manière de déchiffrer le monde, une autre manière d'y projeter un sens.

  • * La série Voix spirituelles est une invitation à découvrir, à lire et à méditer les écrits des grands mystiques grâce à un choix de textes qui fait apparaître les grands moments de leur parcours spirituel et les éléments essentiels de leur pensée. Une introduction générale, des commentaires situant les extraits permettent d'entrer de plain-pied dans leur oeuvre et d'y goûter sans s'égarer.À travers des textes de grandes figures du hassidisme - le Baal Shem Tov, Nachman de Bratzlav, Menahem Mendel de Kotsk notamment -, cette anthologie présente les thèmes communs aux multiples courants qui ont animé la mystique juive : la qualité même de la dimension mystique ; la fidélité au Baal Shem Tov, qui donna naissance au mouvement des Hassidim (les Pieux) ; le respect du Tsaddiq (le Rebbe ), figure du juste et véritable canal entre les hommes et Dieu ; la quête d'austérité, et notamment le combat contre la sexualité, pour pouvoir entrer en contact avec la divinité ; la présence divine ; l'anéantissement de l'ego dans la divinité... Les textes, traduits de l'hébreu et du yiddish, sont représentatifs des divers styles littéraires développés par les maîtres hassidiques, mais le conte, qui est le plus courant, y reste majoritaire. * Jean-Rémi Alisse se consacre à l'étude de l'hébreu et du judaïsme.

  • Les juifs savaient rire d'eux-mêmes et des autres. Histoire drôle, mot d'esprit, rêve loufoque, légende surréaliste ou banal jeu de mots : ils connaissaient, s'y connaissaient et s'y reconnaissaient. Mais à en croire Victor Malka, même chez les juifs, rire n'est plus à l'ordre du jour. Par ailleurs, bien des histoires dites « juives » ne sont que prétexte au racisme, à l'entretien de la haine au profit ou au détriment des juifs.

    Est-ce « Auschwitz » qui a changé la donne et qui fait que « Dieu ne rit plus » ? L'arrivée des juifs d'Orient qui auraient moins le sens de l'humour que les juifs d'Europe de l'Est ? La création d'un État juif ? L'évolution des juifs religieux ? Ces questions, il importe d'y réfléchir, exemples à l'appui : pour ne pas démentir la tradition, Victor Malka n'oublie pas d'y répondre avec... des histoires juives, bien sûr.

  • Avec Cholem Aleikhem (1859-1916), humoriste et écrivain juif de nationalité russe et de langue yiddish, renaît le monde du shtetl, la bourgade juive d'Europe de l'Est, avec sa vie quotidienne tragicomique tissée de rires et traversée de larmes. Victor Malka, qui ne vient pas de cette culture-là, a été séduit depuis longtemps par ce compère en histoires drôles, et il le fait revivre ici à travers une anthologie thématique, avec un choix de ses bons mots et de ses récits bâtis sur le comique de situation, d'une ironie décapante. Dans ses dernières volontés, Cholem Aleikhem désirait qu'on se rappelle son nom au milieu des rires ou pas du tout! Le voici exaucé... Mais son humour doux-amer, toujours sur fond des dangers et des souffrances endurés par les juifs dans la Russie des tsars, n'est pas seulement d'hier. C'est un rire toujours actuel, pour consoler, aider, réconforter, guérir de nos tristesses d'aujourd'hui.

  • Nouvelle édition augmentée.
    Le Zohar, ou Le Livre de la Splendeur, est un classique de la mystique juive, et le livre le plus achevé de la Kabbale. De ce commentaire de la Loi (qui suit le plan des cinq premiers livres de la Bible), notre volume présente des extraits choisis pour leur vivacité colorée dans la description de la vie spirituelle, pour leur acuité dans l'Exégèse de l'Ecriture, pour le caractère multiple de la pensée sur l'âme, la vie de la foi, l'amour humain et l'amour divin, la souffrance et la mort, l'exil et la rédemption.Gershom Scholem, dont la compétence en matière de mystique juive reste mondialement reconnue, a fait, dans l'« Introduction », le point de ce que l'on sait aujourd'hui de cette oeuvre majeure et de son auteur.

empty