Christianisme

  • « Nul n'est prophète en son pays », « Semer la zizanie », « Porter au pinacle », « Rendre à César », etc. : bien souvent, nous citons les Évangiles sans le savoir, tant ces aphorismes et sentences issus du christianisme ont imprégnés notre culture. Ces paroles, qu'on attribue pour la plupart à Jésus, se sont banalisées, et leur sens religieux est aujourd'hui imperceptible.

    Denis Moreau a choisi une centaine de ces locutions et leur redonne leur saveur première. Restituant le contexte où elles ont été prononcées selon un ordre qui rend compte du récit évangélique, il explique leur sens et leur portée, et retrace, non sans humour, les multiples échos qu'elles ont trouvés au cours des siècles.

    Une façon à la fois distrayante et profonde de redécouvrir les Évangiles sous un jour inattendu, ou de s'y initier.

    En stock

    Ajouter au panier
  • « Il a fallu que Dieu s'engouffrât dans l'humanité, et qu'à un moment précis de l'histoire, sur un point déterminé du globe, un être humain, fait de chair et de sang, ait prononcé certaines paroles, accompli certains gestes, pour que je me mette à genoux.

    Tous les efforts pour réduire en lui la condition humaine vont à l'encontre de ma plus profonde tendance, et sans doute y faut-il rattacher mon obstination à préférer au visage du Christ-roi, du Messie triomphant, l'humble figure torturée de l'homme que, dans l'auberge d'Emmaüs, les pèlerins de Rembrandt reconnaissent à la fraction du pain, notre frère couvert de blessures, notre Dieu. » F. M.

    Dans cette méditation spirituelle, Mauriac se place avant tout sur le terrain du sens mystique de l'Évangile, qu'il suit pas à pas. C'est autant le témoignage d'un croyant que le texte d'un écrivain, où les fulgurations de la foi s'entremêlent à celles de l'art d'écrire.

  • L'enthousiasme des premiers lecteurs a fait de la Légende des Saints de Jacques de Voragine la Légende dorée, c'est-à-dire la légende d'or : celle de toutes les histoires et légendes qui entourent la vie et la mort exemplaires des saints chrétiens du premier millénaire après le Christ et des débuts du Moyen Âge.
    Sans souci de critique historique, l'auteur a récolté des faits épars dans une foule d'écrits, de chroniques et de biographies dispersés. En réalité, ces légendes ne sont pas écrites pour raconter « ce qui s'est vraiment passé », mais pour édifier, par l'exemple magnifique des saints, de leurs paroles de feu et de leurs miracles plus étonnants les uns que les autres, ceux qui veulent marcher à la suite du Christ. Aujourd'hui, la Légende dorée est aussi une extraordinaire « anthologie » naïve, d'autant plus riche d'histoire et de culture que ces légendes ont inspiré très souvent les artistes chrétiens.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Cet ouvrage retrace le parcours d'un mendiant, qui pourrait être réel ou fictif, à travers la Russie. Tout au long de son voyage, le pèlerin récite la Prière du coeur, courte, simple et répétitive : grâce à un style qui garde le charme du langage populaire, le lecteur découvre la piété russe, dans ce qu'elle a de frais et de pur. Des épisodes nombreux et colorés le mettent au contact direct de la Russie ancienne, celle qui a inspiré les grands écrivains du siècle passé. Il rencontre enfin, dans ces Récits, une tradition contemplative remontant aux premiers siècles de l'Orient chrétien, appliquée par un contemporain de Dostoïevski et de Tolstoï, sinon de Lénine.
    À tous ceux qu'anime aujourd'hui le zèle pour une meilleure compréhension entre les chrétiens, ce livre offre un témoignage unique.

  • « J'ai voulu écrire ce livre car on me pose tant de questions sur mon chemin spirituel, ma foi, ma prière, mon lien d'amour avec Dieu. J'ai souhaité raconter et partager. Admirer aussi les êtres qui m'ont guidé et inspiré.
    Dieu est si présent, si actif dans nos vies que tout est possible. À n'importe quel moment, à n'importe quel âge, qu'on soit riche ou pauvre, homme ou femme, pratiquant ou pas, bien portant ou malade, oui, tout est encore possible. Il nous faut juste nous ouvrir, nous offrir à Lui ».

    Michael Lonsdale

  • - Qu'est-ce que la vérité ? lui dit Pilate.

    - La vérité est du ciel, répondit Jésus. Pilate reprit : « Et sur terre, il n'y a pas de vérité ? » Jésus dit à Pilate : « Tu vois comment les maîtres du pouvoir sur terre jugent ceux qui disent la vérité ! »

  • Ce livre narre l'histoire d'une rencontre, celle de Dieu et de l'homme. Des Évangiles, aux Pères de l'Église et aux Confessions d'Augustin, des ermites orientaux à la théologie monastique, de saint Anselme à Bonaventure, Thomas d'Aquin et Duns Scot, de la Réforme protestante à Vatican II, ce sont les écoles, les doctrines, les courants et les contre-courants de la théologie chrétienne qui, ici, sont mis en perspective et étudiés.
    Le grand mérite de ce livre est d'offrir un panorama complet et accessible de l'histoire de la théologie, des fondements bibliques à nos jours.
    Avec la collaboration de Gilles Berceville, Patrick Descourtieux, Pierre Gibert, Marc Ozilou.

  • Michael Lonsdale, converti à 40 ans, propose un choix très personnel de textes d'auteurs inspirés par la foi et par l'amour.
    Soixante textes sur Dieu, parmi les plus beaux de l'histoire littéraire et de l'histoire sainte. De Christian de Chergé à Christian Bobin, de saint Augustin à Rimbaud, de Francis James à sainte Thérèse de Lisieux, de Victor Hugo à soeur Emmanuelle... Des saints, des moines, des poètes, des croyants prestigieux, d'autres plus inattendus... Une invitation pleine de foi et de sens.

  • Les Fioretti sont un recueil d'histoires légendaires sur saint François d'Assise et ses premiers compagnons, réunies par les franciscains du XIVe siècle. Célèbre pour sa fraîcheur, sa saveur, son humour, ce florilège rassemble, sinon les paroles et les gestes de saint François, du moins son « esprit », l'esprit franciscain : il n'est pas un mot, pas un acte racontés qui soient étrangers à ses véritables intentions.
    Outre Les Fioretti, cette édition de référence contient : Les Considérations sur les stigmates, qui racontent la stigmatisation de saint François ; La Vie de frère Junipère, dont Rossellini s'est inspiré pour son film sur saint François ; La Vie ainsi que Les Dits du bienheureux Égide (Gilles) ; divers récits sur les premiers franciscains et le fameux Cantique de frère Soleil.

  • « Celui qui m'a ordonné cet écrit m'a dit que les Soeurs de nos monastères de Notre-Dame du Mont-Carmel ont besoin qu'on leur explique certaines difficultés relatives à l'oraison ; il a pensé qu'elles comprendraient mieux le langage d'une femme, et que, vu leur amour pour moi, mes paroles leur seraient plus efficaces que d'autres ; il est persuadé que cet écrit aura quelque importance pour elles, si je réussis dans mon exposé. Voilà pourquoi c'est à elles que je l'adresse [.]. Notre-Seigneur me fera une grande grâce si quelqu'une de mes filles en retire profit pour le louer un petit peu plus, et Sa Majesté sait bien que tel est mon unique désir. Il est très clair, en outre, que, dans le cas où je réussirais à dire quelque chose de bon, elles comprendront que cela ne vient pas de moi [.] ; sans cela elles n'auraient pas plus d'intelligence que moi-même je n'ai d'aptitude pour de tels sujets, à moins que le Seigneur dans sa miséricorde ne daigne me l'accorder. »

  • Les trois courts et passionnants essais réunis ici explorent les différentes questions que soulèvent, dans l'univers du christianisme, les relations controversées de la philosophie et de la religion. Foi et raison sont-elles exclusives l'une de l'autre ? La raison n'aurait-elle rien à apporter à la subjectivité de la foi ? Peut-on se passer de croyances ? Science et foi sont-elles nécessairement en conflit ? Que prouvent les « preuves » de l'existence de Dieu ? Et si Dieu existe, pourquoi le mal accable-t-il le monde ? Défendant la fécondité du dialogue entre raison et foi, Denis Moreau ne se contente pas de rendre compte de l'histoire de ce débat. Il montre en quoi le christianisme constitue une ressource philosophique, et ce que la foi peut gagner en s'adossant à la raison : la philosophie chrétienne n'est donc pas un impensable, ni une sous-philosophie.

  • Peu de textes de la spiritualité orthodoxe sont aussi populaires en Occident que les Récits d'un pèlerin russe (" Points Sagesses " n°14). Les trois récits du présent volume ont un caractère plus ouvertement didactique. Il est probable qu'ils ont été retouchés et complétés à Optima, ce foyer spirituel de la Russie du XIXe siècle où affluaient écrivains, philosophes, " chercheurs de Dieu ", où la tradition spirituelle de l'Orient chrétien prenait à nouveau conscience d'elle-même pour répondre aux recherches et inquiétudes que la pensée occidentale introduisait alors en Russie.
    Une partie des trois récits est faite de réponses aux objections d'un intellectuel, et des instructions systématiques, véritables petits traités, s'intercalent entre narrations et dialogues.

  • Cette autobiographie de Thérèse d'Avila est un livre mystique unique en son genre, car il est constitué à la fois du récit d'une confession et des leçons d'un docteur en spiritualité. Profond, délicat et intense, c'est un chef-d'oeuvre qui réunit la lucidité et l'humilité d'une conversion tardive et l'intransigeance comme l'expérience hors du commun d'une réformatrice qui explora un chemin spirituel inédit. La grande supériorité de la sainte, c'est qu'elle nous jette en plein surnaturel, nous en parle directement, comme d'une réalité qu'elle a expérimentée, comme s'il n'y avait pas d'intermédiaire entre le lecteur et ce monde inconnu dont elle parle.

  • Gouvernante indépendante de deux couvents, femme de terrain jouissant de la déférence de ses contemporains, Hildegarde de Bingen était aussi une érudite visitée par d'étranges visions prophétiques qui lui ont inspiré de nombreux ouvrages savants à la fois spirituels et scientifiques, des compositions musicales d'une grande poésie ainsi qu'un alphabet et un langage secrets. Si son oeuvre est complexe et foisonnante, cet essai montre parfaitement qu'elle s'organise autour de la conviction que le monde et l'homme, le corps et l'esprit, la nature et le salut, sont interdépendants - qu'une unité régit tout le cosmos. Ce sens de l'harmonie, indispensable à l'équilibre du monde, a conduit la sainte à entrevoir la relation entre le désordre de l'univers et celui de notre santé issu des travers de notre conscience, et à proposer une conception holistique de la médecine. L'enjeu d'une telle conception du monde et de l'homme est la destinée de ce dernier. En effet, Hildegarde nous enseigne qu'on ne peut comprendre l'être humain sans le situer dans la perspective de la Création, de la Chute, de l'Incarnation et de la Rédemption. Militant pour le bonheur de l'homme, elle invite celui-ci à se retourner sur le chemin du salut dont son oeuvre tout entière est la clé. Ainsi a-t-elle tracé une véritable voie d'accès au divin, corps et âme unis.

  • La vie de Thérèse d'Avila racontée par Marcelle Auclair possède les couleurs et la vivacité d'un roman de cape et d'épée. Et pourtant, il n'est pas dans cet ouvrage un fait qui ne soit conforme à la stricte vérité historique, pas un mot prêté à sainte Thérèse qu'elle n'ait effectivement prononcé. C'est cette double qualité ? un récit à l'allure souple, vivante et agréable, d'une part, étayé à chaque page par les références historiques les plus solides, d'autre part ? qui fait la valeur inégalée de cette biographie. Écrire la vie extraordinaire d'une des plus grandes mystiques de tous les temps était une gageure : Marcelle Auclair l'a réussie au-delà de toute attente. André Maurois ne parlait-il pas, lors de la parution de ce livre, de « biographie parfaite » ?

  • Qu'il s'agisse des commandements envers Dieu ou envers les hommes, Marc-Alain Ouaknin exploite toutes les virtualités des lettres et des mots hébraïques pour montrer que les Dix Commandements ne sont pas seulement des injonctions ou des interdits. Ils ne «font» pas la morale. Ils sont au contraire porteurs d'une éthique dynamique du futur, pour être plus, vivre mieux, donner corps à la parole, ouvrir à des fécondités inédites. Ils portent toute une conception de l'homme biblique et de ses rapports avec autrui: autrui homme ou femme, parent ou enfant, autrui mon prochain connu ou inconnu, autrui qui est Dieu même, mais aussi la nature, le travail, le texte... «Lire aux éclats»: plus que jamais. Marc-Alain Ouaknin adopte cette règle de lecture, pour un résultat époustouflant.

  • Maître Eckhart (vers 1260-vers 1328), « à qui Dieu n'a jamais rien caché » : telle était déjà sa réputation de son temps. Et pourtant, ce théologien et prédicateur dominicain de renom a été condamné pour hérésie, un an environ après sa mort. Sans doute parce qu'il prêchait en langue vulgaire (l'allemand) des subtilités théologiques devant les gens du peuple. Également parce qu'on a cru qu'il enseignait le caractère incréé du monde et l'identité de l'homme juste et de Dieu.

    Mais Eckhart n'avait pas la volonté d'être hérétique ; ses thèses furent mal comprises. Sa recherche fondamentale était celle de l'Un par-delà la multiplicité : une unité qui serait en quelque sorte l'origine commune de Dieu et de l'homme, et le but de l'union mystique qu'il prêchait. C'est cette recherche d'union au Dieu ineffable qui explique que sa voix porte encore aujourd'hui.

  • Ose la vie nouvelle ! ferme la trilogie de L'Évangélisation des profondeurs. Ce livre approfondit le travail sur soi proposé par Simone Pacot, un travail à la fois spirituel et psychologique qui restaure l'être en profondeur.

    Nourri de l'Écriture ainsi que des sciences humaines, son enseignement nous aide à nous situer dans nos limites, reconnaître nos blessures, assumer la violence, la peur, la honte, accueillir la consolation. Il ouvre une voie pour se réconcilier avec la vie et accueillir la joie paisible de la Résurrection.

    Femme de foi, Simone Pacot a d'abord été avocate au barreau de Paris. Elle a cofondé, avec une équipe oecuménique, l'association Bethasda qui propose encore à ce jour des sessions sur l'évangélisation des profondeurs ; on y apprend à vivre en reliant les dimensions corporelle, psychologique et spirituelle.

  • Parce que la nature du Christ est double - humaine et divine -, on peut penser que sa parole l'est aussi. Mais quand parle-t-il dans notre langue ? quand dans celle de Dieu ? Et quelle est la particularité de cette dernière ? Comment parle-t-elle et que dit-elle ?

    Est-il par ailleurs possible à l'homme d'entendre la parole de Dieu ? « Ils ont des oreilles et ils n'entendent pas », dit le Christ, citant Isaïe. Par quels moyens les hommes pourraient-ils contredire cette affirmation ?

    En s'interrogeant sur les paroles du Christ, qu'il y soit question de Dieu ou de l'homme, ce magnifique livre répond à ces diverses interrogations au fond très concrètes. C'est de leurs réponses en effet que dépend la juste compréhension de notre condition d'homme - ouvert ou pas à cet absolu qu'on appelle Dieu.

  • Alors que le transhumanisme ou les théories du genre semblent remettre en cause l'être de l'homme, sciences, philosophies, idéologies, religions, chacune de ces « anthropologies » se dispute le droit de définir son identité. Quel est alors le sens d'une « anthropologie » qui s'appuie sur la foi chrétienne ? En quoi l'homme est-il merveille de Dieu, digne d'une attention inestimable ?

    Ces pages passionnantes, où la théologie dialogue avec la pensée contemporaine, entreprennent de répondre à cette question.

  • Jésus

    Hans Küng

    En contrepoint des conceptions qui divinisent Jésus, tel le Jésus de Nazareth de Benoît XVI, Hans Küng donne à voir et à comprendre un Jésus terrestre tel qu'on le trouve dans les Évangiles : très humain, inséré dans une société, pris dans les conflits de son temps, contestataire de l'ordre établi et en butte aux pouvoirs romain et juif. Un Jésus dont la conception de Dieu et de l'homme devant Dieu diffère de celle des autres religions du monde. Ce portrait vivant vient chambouler celui que transmet l'Église avec sa hiérarchie, ses fastes, et parfois ses scandales. Il est aussi une excellente synthèse de tout ce que les chercheurs nous ont appris de Jésus, de son époque, de sa société et de ce qu'il a vécu. « Écrit avec une passion lucide, ce livre peut mener à un approfondissement spirituel », ajoute Küng.

  • « Un tout petit livre si l'on considère le papier, mais qui contient la somme entière de la vie chrétienne si l'on en comprend le sens » : ainsi Luther présente-t-il en 1520 De la liberté du chrétien. Ce traité appelle à une libération politique et religieuse célébrée depuis comme l'essence de la Réforme. Mais qu'est-ce que cette liberté, au coeur de la théologie luthérienne, qui rend à la fois seigneur et serviteur ? Comment peut-on être libre sans libre arbitre ? La réponse est à chercher selon Luther dans une enquête sur la foi et sur la Parole de Dieu.

    L'entreprise du réformateur est solidaire d'une réflexion sur la langue : De la liberté du chrétien trouve son complément dans les Préfaces à la Bible, minutieuses explications de la Parole de Dieu, de son vocabulaire et de son style. Ce premier traité de philosophie en langue allemande constitue l'une des matrices de la philosophie moderne.

empty