Sciences de la vie

  • Pourquoi les girafes ont-elles un si long cou et les zèbres des rayures ? Quel rapport entre une foule de supporters sportifs et un troupeau de gazelles ? Avez-vous déjà frémi d'épouvante à la mention du mot « ratel » ?

    Les animaux de la savane africaine ont encore beaucoup à nous apprendre. Ce livre vous expliquera le talent des termites bâtisseurs qui construisent des orgues pour respirer, le rôle du hasard dans la fuite de la gazelle, la dictature quotidienne que subissent les éléphants alors que les buffles vivent en démocratie, l'importance de la Voie lactée pour les bousiers, et le point commun entre les tétons humains et le pénis des hyènes.

    « Rien en biologie n'a de sens, si ce n'est à la lumière de l'évolution », disait un célèbre généticien. Mais cette lumière projette des ombres étranges et difficiles à décrypter, et les sujets présentés sont ici à la frontière de la recherche scientifique.

    Ajouter au panier
    En stock
  • En un temps où les grands programmes de la génomique drainent la majeure partie des moyens humains et financiers de la biologie, un botaniste tente de rétablir un salutaire équilibre. À l'exact opposé d'une vision anthropocentrée recherchant une explication déterministe, voire mécaniste, du vivant, Francis Hallé entreprend ici d'élargir l'horizon des sciences de la vie au monde végétal en mettant l'accent sur l'observation in situ et l'étude qualitative des plantes.
    Une remarquable leçon de biologie incitant à rendre d'urgence à la plante la place, primordiale, qui est la sienne.

  • Dans ce dialogue avec le sociologue Frédéric Lenoir, Hubert Reeves brosse avec sa verve habituelle un tableau, non des merveilles du cosmos, mais des menaces que font peser sur la planète les excès de l'activité humaine.
    Des scénarios possibles du réchauffement climatique au « trou » dans la couche d'ozone, de la gestion des déchets nucléaires et chimiques à la déforestation et à la disparition accélérée des espèces vivantes, le tableau est sombre mais non dénué de lueurs d'espoir.
    Faisant référence au méga-projet Manhattan qui avait permis de mettre au point l'arme nucléaire, l'auteur préconise ici un projet « anti-Manhattan » écologique, seul capable de sauver ce qu'il reste de la biodiversité de notre planète vivante.
    Au vu des obstacles économiques et politiques qu'ont dressé sur cette route les idéologies sociales du XXe siècle, Hubert Reeves s'en remet à l'émergence de nouveaux dynamismes dans les générations à venir. Jeunes et moins jeunes, en tout cas, trouveront ici, grâce aux notes abondantes, un point précis et documenté sur la situation actuelle.

  • Cette synthèse originale propose une histoire complète des sciences du vivant, de l'Antiquité à aujourd'hui, incluant des domaines souvent négligés comme l'écologie, l'éthologie ou la biologie végétale et donnant une grande place au contexte socio-technologique. Son ambition est d'aider à comprendre la biologie actuelle : les modèles utilisés par les biologistes contemporains et les débats qui animent les sciences du vivant portent en eux l'histoire dont ils sont le fruit. Un tel ouvrage est indispensable aux chercheurs et aux étudiants en sciences de la vie, qui méconnaissent trop souvent l'histoire de leur discipline, aux historiens eux-mêmes pour qui les sciences prennent une importance croissante et à tout lecteur intéressé par l'évolution des idées.

  • « Très belle méditation qui part de Darwin pour s'interroger sur nos origines, notre rapport à la science et au monde. » Ali Baddou, Les Matins, France Culture « Un livre passionnant. Dans la lumière et les ombres réussit cet exploit d'être à la fois un livre sur la science, une réflexion vibrante sur l'existence et un voyage poétique vers les origines. » Roger-Pol Droit, Le Monde des livres « Outre de la biologie, on trouvera, dans ce grand et beau livre, de l'histoire des sciences, de l'épistémologie, de la philosophie, de l'art. On y trouvera surtout beaucoup de plaisir, celui qu'on éprouve à apprendre et à comprendre des choses essentielles, guidé par quelqu'un dont la passion pour la science est servie par une ardeur singulière à la faire connaître et un talent exceptionnel pour la rendre claire. » Patrick Dupouey, L'Humanité

  • Notre planète est multiple, et les Tropiques n'ont que peu à voir avec les zones tempérées que nous habitons. La richesse et l'étrangeté de la faune et de la flore dans la zone intertropicale, les particularités de ses climats et de ses paysages en font véritablement un autre monde.
    Mais les spécificités des Tropiques sont aussi celles des hommes qui y vivent et de leurs sociétés, si différentes des nôtres par leur évolution. Aussi le livre propose-t-il une très audacieuse hypothèse, liant astronomie et biologie humaine, quant aux raisons de ces particularités, hypothèse qui pourrait bien déboucher sur une sérieuse révision des stratégies de développement des zones tropicales.
    Mêlant science naturelle, récit de voyage et regard littéraire, c'est à de surprenantes découvertes que nous convie ce livre.

  • À l'heure où la biologie, toujours plus moléculaire, se mue peu à peu en science « dure », toujours plus volontiers déterministe, l'histoire naturelle pourrait faire figure de relique désuète d'un passé révolu. L'oeuvre de Stephen Jay Gould, à elle seule, suffit à montrer qu'il n'en est rien. Les subtilités de la théorie de l'évolution échappent au cadre strict des grandes théories, mais se laissent entrevoir lorsque Gould s'interroge sur le sexe des escargots, l'extinction des dinosaures ou le sourire des flamants roses.

    Dans le domaine de la paléontologie, l'histoire des idées est aussi passionnante que l'histoire des espèces. En racontant le triste voyage de la « Vénus hottentote » ou la controverse sur l'humanité des Pygmées, Gould nous enseigne aussi la lucidité et la vigilance.

  • Au rythme de l'océan, dont le niveau s'élève insensiblement de quelques millimètres par an, énergie et changement climatique s'insinuent doucement dans les discours. Industriels, économistes, politiques, débattent de plus en plus des risques encourus, et des mesures à prendre pour les éviter ou les atténuer. Ici et là émergent des propositions nouvelles : abandonner les outils économiques obsolètes, en finir avec l'obsession du court terme en matière financière et politique, réaménager radicalement le territoire, les transports et le travail. Mais la fin annoncée du pétrole bon marché sera surtout celle d'une façon - dépassée - de voir l'avenir des hommes. Pour les prochaines décennies, tout reste à inventer, et tout va se jouer dans les années qui viennent.

  • Les amis des chiens ou des chats, comme ceux qui observent dans la nature oiseaux, insectes ou éléphants, sont persuadés que les animaux manifestent souvent des comportements « intelligents ». Les biologistes, zoologistes ou psychologues étudiant les animaux sur le terrain ou en laboratoire ont cherché à questionner scientifiquement cette apparente évidence.

    Nous racontant les subtiles prouesses des abeilles, des chiens, des dauphins, des pigeons ou des chimpanzés, et présentant les plus récents travaux des chercheurs, Jacques Vauclair fait ici le point sur un domaine de recherche d'une importance capitale pour les rapports de l'homme avec les autres animaux. Car une meilleure compréhension de notre place et de notre rôle dans la nature dépend bien de notre intelligence de l'animal.

    Postface inédite.

  • Le second recueil des fameuses histoires naturelles où Stephen Jay Gould raconte la grande aventure de l'évolution des espèces.
    Où l'on trouvera un panda à 6 doigts, un coquillage vieux de 500 ans, un hommage biologique à Mickey, le cerveau des femmes, et celui des dinosaures, et autres merveilles de la nature.

  • La vie n'a pas fini de nous surprendre. Réduite à des interactions moléculaires mais étendue à des lois d'organisation inattendues, elle est aujourd'hui observée dans des systèmes vivants dont la logique interpelle et renouvelle la pensée rationnelle. Qu'est-ce que l'organisé ? L'auto-organisé ? Pourquoi et comment percevons-nous des ordres dans la nature, d'où viennent les significations que nous leur attribuons ?
    Notre psychisme, nos sociétés, objets de sciences au statut toujours aussi mal assuré, nous font penser l'organisation comme une création ininterrompue de nouveau, de sens, de vivant, entre et à partir de deux formes de morts, entre le cristal et la fumée.
    Les sciences de la nature, l'expérience de l'identité et de la pensée juives, la réflexion éthique forment le contexte de ces méditations sur un vivant qui déborde la biologie.

  • Comme un éléphant dans un jeu de quilles, l'homme bouscule et menace la biodiversité. Par ses interventions multiples et désordonnées, il déplace de précieux équilibres écologiques, précipitant ainsi la disparition de beaucoup d'espèces et sapant le potentiel de ressources biologiques dont il dépend pour son propre devenir. Le monde vivant, né il y a plus de 3 milliards d'années, est cependant un remarquable succès dont une des clés majeures est la coopération entre les espèces : on s'associe pour mieux se multiplier, pour inventer de nouveaux modes de vie, pour conquérir de nouveaux espaces. Si l'on veut en finir avec la crise écologique actuelle, une nouvelle stratégie - fondée sur la coopération avec les autres espèces - est indispensable.

  • Parmi les grandes avancées scientifiques récentes, le graduel effacement de la frontière entre l'homme et l'animal est l'une des plus surprenantes. Il semblerait en effet que tous les éléments traditionnellement utilisés pour signaler la spécificité humaine (fabrication et emploi d'outils, vie sociale complexe, communication élaborée) se retrouvent dans le monde animal.

    L'éthologie, étude des comportements animaux, est devenue une science majeure et d'autant plus passionnante qu'elle se prête aisément à l'anecdote et au récit factuel. Des travaux de Charles Darwin ou Konrad Lorenz jusqu'aux observations récentes sur les abeilles ou les coucous, les auteurs dessinent les contours d'une science multidisciplinaire qui, au-delà de notre regard sur l'animal, modifie aussi le regard que nous portons sur notre propre espèce.

  • Parmi les trois « origines » (de l'univers, de la vie, de l'homme) qui font depuis toujours les grands succès de l'édition scientifique, l'origine de l'homme est le domaine de recherches qui a connu récemment les changements les plus radicaux. La multiplication des découvertes de fossiles d'hominidés relègue aux oubliettes l'idée d'une lignée ancestrale unique et jette le doute sur les théories expliquant de façon univoque le passage du simiesque australopithèque au sémillant Homo sapiens sapiens.
    Abondamment illustré de cartes, crânes et fossiles, cet ouvrage d'un spécialiste renommé synthétise avec clarté le long chemin (environ six millions d'années) qui mène de la célèbre Lucy à Neandertal et aux Magdaléniens.

  • Les travaux de la biologiste américaine Lynn Margulis ont imposé à la biologie un radical changement de point de vue. À l'individu ou à l'organe, ils substituent la bactérie, qui semble bien receler les clés de nos origines. Présentes sur Terre depuis plus de trois milliards d'années, les bactéries, se fondant l'une dans l'autre en magistrales symbioses, auraient créé toutes les cellules vivantes dont l'étonnante multiplicité de fonctions trouverait là une explication logique. Dans cet univers bactériel, la plante, l'animal... et l'homme ne seraient au fond que des productions plus complexes, ce qui invite à un salutaire renversement de perspective : cet univers étrange « vit en nous comme nous vivons en lui ».

    Traduit de l'anglais par Gérard Blanc avec la collaboration d'Anne Beer.

  • Chacun de nous est unique...

    Unique notre patrimoine génétique, unique l'aventure que nous vivons et qui nous façonne. Les progrès de la génétique permettent enfin de décoder cet événement fabuleux : la fabrication d'un individu à partir de deux autres. Et de repenser certaines questions fondamentales : existe-t-il des races à l'intérieur de l'espèce humaine ? Peut-on comparer des intelligences ? Comment l'inné et l'acquis se marient-ils pour former un individu ?

    Avec chaleur et passion, Albert Jacquard exprime ici ses convictions morales et notamment son attachement au respect des différences...

  • " je ne suis pas un érudit, mais un artisan.
    " la formule, qui pourrait sembler faussement modeste, définit bien la stratégie de son auteur. car stephen jay gould est persuadé que ce n'est pas en se mesurant de front aux grandes questions - et la biologie de l'évolution, thème central de son oeuvre, en est une - que l'on parvient à coup sûr aux réflexions les plus profondes. il préfère, quant à lui, partir de petites histoires d'apparence anodine, de ces " innombrables petits faits curieux " dont il tire, au terme d'une analyse pénétrante et pleine d'humour, les petits joyaux que sont les chroniques mensuelles qu'il écrit depuis bientôt vingt ans.

    Ce livre, qui en est le cinquième recueil, parle ainsi des règles du jeu de base-ball et de la mode des dinosaures, des claviers de machines à écrire et de la défaite du créationnisme, de la couleur des flamants roses et de la mort de lavoisier. autant de thèmes qui, pour gould, " témoignent que dieu réside vraiment dans les détails ".

  • Voici l'histoire d'une découverte scientifique clandestine. Depuis plus d'un demi-siècle, les preuves qu'il existe d'autres formes d'intelligence que celle des humains - non pas dans l'espace intersidéral, mais sur Terre - s'accumulent. Nombre d'animaux, et pas seulement les grands singes, fabriquent et utilisent des outils, construisent des habitats, chassent en équipe, déchiffrent les intentions d'un congénère, recourent à la ruse. C'est la dimension sociale de la vie animale qui, observée sur le terrain, au-delà des seules performances individuelles étudiées au laboratoire, débouche sur la reconnaissance de ce qu'il faut bien considérer comme de véritables comportements culturels, inventés, appris et transmis.
    Cette enquête sur les moutons écossais, les mésanges anglaises, les macaques japonais, les chimpanzés de Tanzanie, les corbeaux néo-zélandais, les baleines des mers froides, etc., et les remarquables chercheurs - et surtout chercheuses... - qui les ont observés, nous en dit long sur notre humanité !

  • Les écologistes sont-ils toujours irréprochables ? Avec ce livre choc, Fabrice Nicolino, écologiste convaincu, dévoile les dessous des grandes organisations de protection de l'environnement (comme WWF) qui travaillent main dans la main depuis des années avec les multinationales les plus nocives pour la planète.

  • ÿþUn ouvrage de synthèse sur un domaine qui constitue désormais une spécialité à part entière dans les sciences économiques (avec cours et filières dédiées en second et troisième cycle). Sans jargon ni mathématiques, l'ouvrage fait le point sur l'ensemble des analyses théoriques comme sur la pratique concrète des politiques d'environnement et sur les débats publics suscités par ces dernières.Cette seconde édition, entièrement mise à jour, intègre une décennie (années 2000) riche en controverses sur le développement durable, la décroissance ou encore le changement climatique. Elle dresse aussi le bilan des nouveaux instruments qui se sont développés : taxe carbone, marchés de " droits à polluer ", évaluation du coût de la pollution et des atteintes à la biodiversité, etc.

  • Les progrès et remaniements qu'ont connus, ces dernières décennies, les sciences de la Terre peuvent être décrits comme une véritable révolution scientifique.
    A. Hallam explique ici, en termes accessibles aux non-spécialistes, en quoi a consisté cette révolution, et retrace le cheminement des théories nouvelles avec une sûreté qui a déjà fait de ce livre un classique de l'histoire des sciences.

empty