Arts et spectacles

  • Icône d'Hollywood, Anjelica Huston a d'abord été la fille de John Huston, l'un des plus grands cinéastes américains ( Le Trésor de la Sierra Madre, The Misfits, Gens de Dublin ..), un homme « bigger than life », avec qui elle a une relation passionnelle. Après une éducation stricte mais artistique dans le manoir irlandais familial, au milieu des chevaux et des célébrités amies de ses parents, Anjelica devient mannequin de mode. A la mort tragique de sa mère, elle part à New York avec le photographe Bob Richardson. Elle a 18 ans. Là-bas, au Chelsea Hotel, elle rencontre le milieu artistique de l'époque : la légende est en marche. Le cinéma s'intéresse à elle, et c'est par la caméra des plus grands réalisateurs (Stephen Frears, Francis Ford Coppola, Woody Allen, Wes Anderson.) et l'inoubliable Morticia Addams qu'elle devient une actrice primée et connue de tous.
    Dans Suivez mon regard, Anjelica Huston revient sans détour, dans un élan très romanesque, sur ses amours tumultueuses avec David Bailey, Ryan O'Neal et Jack Nicholson - avec qui elle formera pendant seize ans le couple le plus excentrique de Los Angeles - et sur ses tragédies personnelles. Derrière la star, on découvre une Anjelica Huston émouvante, non conformiste, douée d'un vrai sens de l'observation pour croquer ses contemporains. Illustré de photographies d'artistes et de clichés personnels de l'auteur, cet autoportrait sensible est une peinture vivante et passionnante d'Hollywood et de ses coulisses.

    Anjelica Huston est une comédienne et réalisatrice américaine. Modèle puis actrice, elle tourne avec les plus grands, dans Les Arnaqueurs, La Famille Addams, Crimes et Délits, La Famille Tenenbaum, À bord du Darjeeling Limited, etc. Elle a reçu des prix prestigieux au cours de sa carrière, dont un Oscar pour son rôle dans L'Honneur des Prizzi.

  • Shot

    Patrick Bouvet

    " avec tes jumelles de vision nocturne on voyait tout il y avait plein de trucs qui montaient vers nous des traçantes des missiles " raconte le pilote on voyait tout dans le crâne il y avait plein de trucs " lorsque nous sommes arrivés sur l'objectif c'était comme dans un rêve " des traçantes des missiles le ciel vêtu de strass

  • Il y a un frère aîné de vingt ans qui ne veut plus rester dans la maison.
    Il demande à partir. Il le demande à son père. Il y a un deuxième frère qui ne demande rien à personne. Il gît dans le jardin. C'est un fils mort, une infamie au milieu de la famille. Il y a la mère qui rentre de son cours de danse africaine. Et Anton ? Anton, le petit dernier, le meilleur fils, le préféré. Qui l'a vu ? À cette heure, il doit être rentré de l'école. Mais la maison ne s'ouvre pas. Quelqu'un a barricadé la porte.
    Quelqu'un a barricadé les fenêtres. Avec Le pire du troupeau, sa deuxième pièce de théâtre, Christophe Honoré poursuit son travail de correspondant de guerre, sur le front de l'intimité et des amours en ruine.

  • Un porte-parole a fait savoir que dès l'année prochaine les voyageurs devront posséder un passeport biométrique doté d'une puce contenant des informations difficiles à falsifier nous devons être prudents car la convention de Genève proscrit les images humiliantes empreintes digitales scanner de la rétine et hologramme du visage dans l'hypothèse où les intéressés décideraient de porter plainte « Le bout du monde » première des 5 séquences qui composent ce nouveau livre de Patrick Bouvet annonce tout de suite la couleur. Un groupe de touristes en mal d'exotisme débarque dans un village pittoresque. À la différence de ces touristes endormis, l'auteur est hanté par l'envers du décor, effroyable : coupures de conscience au sud, massacres au nord, viol de la réalité à l'est, corruption à l'ouest Les images sont violentes, elles se télescopent en une série d'actes qui dénoncent la folie du monde.

empty