Littérature italophone

  • Roberto Bazlen est une figure mythique de l'édition italienne. Triestin, grand connaisseur de la littérature de la Mitteleuropa, cet homme doué d'un flair hors du commun a été longtemps conseiller éditorial pour les éditions Bompiani et Einaudi, et a servi de modèle au héros du Stade de Wimbledon de Daniele del Giudice. Pendant des années, il a envoyé sous forme de lettres ses comptes rendus de lecture, où sa formidable perspicacité se combine avec... un franc-parler réjouissant.
    Les Lettres éditoriales en regroupent quelques-uns.
    Qu'est-ce qu'un grand roman ? Un grand écrivain ? Qu'est-ce qui fait qu'un livre mérite d'être publié ? Voici quelques questions qui guident la formidable promenade littéraire à laquelle nous convie Roberto Bazlen en évoquant (entre autres) L'Homme sans qualités de Musil, Le Voyeur de Robbe-Grillet, l'oeuvre de Lampedusa ou de Bataille. Promenade qui nous offre, en creux, le portrait d'une certaine Italie intellectuelle au vingtième siècle. Roberto Bazlen était un homme « dont la présence forçait les autres à penser », comme l'écrit Roberto Calasso dans l'hommage qu'il lui rend en préface à ce volume.

  • « Je reçois l'histoire comme si je l'attendais. Car je l'attends, en un certain sens. C'est l'histoire de ma génération. » Dans les années 80, à Santiago du Chili, un enfant de neuf ans accepte de jouer les espions pour plaire à une petite fille. Il note les allers et venues d'un homme, puis livre son rapport détaillé. Il se prend au jeu. Sans le savoir, le jeune garçon reproduit la dictature en miniature. Plus de vingt ans après, un écrivain qui a lui aussi connu cette époque s'interroge sur sa propre enfance : était-ce si étrange de vivre sous Pinochet ? Que pensaient véritablement ses parents de la répression ? Et lui, qu'a-t-il à dire, au-delà des versions officielles ? Peut-on se construire sur des silences ?
    Personnages secondaires est un « antiroman historique ». Loin des grandes fresques politiques, Zambra s'intéresse à cette part immobile de l'Histoire, à ces gens qui ont mené une existence en apparence paisible en pleine dictature, à tous ceux qui regardent le monde en spectateur passif.
    Mêlant deux récits en écho, ce texte est une réflexion singulière sur la grande Histoire mais aussi sur sa place dans la création littéraire.

empty