Coups de coeur

  • la vie en rose de Wil

    Susin Nielsen

    • Helium
    • 25 Août 2021

    Le nouveau roman de Susin Nielsen pour les 11 ans et plus, qui met en scène les premiers émois amoureux du jeune Wilbur lors d'un échange scolaire, fait souffler un vent de fraîcheur tout en abordant des thèmes intimistes et universels (le premier amour, l'homoparentalité ou encore le harcèlement scolaire).

  • Mon père dit qu'on va saluer Grand-Père Charles. Ça veut dire qu'on va au cimetière. Il est mort avant ma naissance, je ne l'ai jamais connu. Quand même, j'aime bien discuter avec lui, mentalement. Sur sa tombe, il y a ce chat trop mignon, un peu bizarre aussi. A 8 ans, on ne croit plus aux fantômes. En tout cas moi, je n'y crois pas. Alors quand je découvre mon grand-père dans ma chambre, au milieu de la nuit, je n'ai pas peur, je suis surtout très curieuse...

  • Une histoire poignante avec un message puissant qui restera avec les lecteurs longtemps après l'avoir déposé.

  • Réalisateur culte, Quentin Tarantino fait une entrée aussi fracassante qu'attendue en littérature. De la Toile à la page, il transcende son style unique, son inventivité débordante et son sens phénoménal du dialogue et du récit pour livrer un premier roman d'une incroyable virtuosité. Des répliques désopilantes, des péripéties haletantes, une fresque épique du Los Angeles de 1969... Il était une fois à Hollywood, librement inspiré de son film primé aux Oscars, est un véritable tour de force, un premier roman savoureux et déjanté.

    Hollywood 1969... comme si vous y étiez !

    RICK DALTON - Il fut un temps, Rick avait son propre feuilleton télé. Aujourd'hui, c'est un acteur rincé, condamné à jouer les crapules à la petite semaine, qui noie son chagrin dans les whisky sour. Un coup de fil de Rome : sauvera-t-il son destin ou le scellera-t-il ?
    CLIFF BOOTH - Doublure cascade de Rick, il est l'homme à la réputation la plus sulfureuse de tous les plateaux de tournage - car il est le seul à avoir (peut-être) commis un meurtre et à s'en être tiré.
    SHARON TATE - Elle a quitté son Texas natal en rêvant de devenir star de cinéma. Et ce rêve, elle l'a réalisé. Sharon passe désormais ses jeunes années dans sa villa de Cielo Drive, là-haut, dans les collines de Hollywood.
    CHARLES MANSON - L'ancien taulard a convaincu une bande de hippies azimutés qu'il était leur leader spirituel. Mais il changerait bien de casquette pour devenir une star du rock'n'roll.

    Un écrivain est né

      Passage au roman réussi pour l'enfant terrible du cinéma américain ! Virtuosité narrative, dialogues logorrhéiques, récits enchâssés, références pop et digressions cinéphiliques : on retrouve dans ce premier roman toutes les qualités qui ont rendu ses films aussi singuliers et jubilatoires. Un écrivain est né !

    Julien

  • «La joie est une habitude.» Qu'est-ce qui pousse un homme à descendre d'un train à l'improviste et à se cacher dans un village perdu ? Il veut recommencer sa vie ou en finir ? Il fuit quelqu'un, ou quelque chose, peut-être lui-même ? Le destin l'a conduit jusqu'à Pozonegro, un ancien centre minier désormais à l'agonie. Devant chez lui passent des trains qui peuvent être son salut ou sa perte, tandis que ceux qui le cherchent sont à l'affût. La chute semble se rapprocher...

    Mais dans ce lieu maudit cet homme fait, aussi, la connaissance de gens comme la lumineuse, généreuse Raluca, un peu cinglée peut-être, qui peint des chevaux et a un secret. Ici, tout le monde a un secret, certains plus obscurs et dangereux que d'autres, quelques-uns ridicules. Parce que la vie est aussi une comédie. Et certains font semblant d'être ce qu'ils ne sont pas, ou cachent leurs véritables intentions. C'est le grand jeu des mensonges.

    Une intrigue ensorcelante, d'une précision d'horloge, dévoile peu à peu le mystère de cet homme et, ce faisant, nous montre une radiographie des désirs humains : la peur et le calme, la culpabilité et la rédemption, la haine et la passion.

    Ce roman parle du Bien et du Mal et de la façon dont, malgré tout, le Bien l'emporte. C'est une histoire d'amour, tendre et fébrile, mais aussi d'amour de la vie. Parce que, après chaque défaite, il peut y avoir toujours un nouveau début, et parce que la chance n'est bonne que si nous le décidons ainsi.

    La bonne chance

    L'ambiance du livre de Rosa Montero vaut le détour. Las et quelque peu perdu dans l'existence, Pablo Hernando, architecte mondialement célèbre, s'arrête anonymement sans raison à Pozonegro, ancienne ville minière tout à fait endormie. Il achète comptant un appartement défraîchi et prend un poste au supermarché du coin. Il y fait la rencontre de Raluca... Un délice de réalisme, d'amour et d'intrigues !

    Benjamin

  • Un père et son fils traversent l'Argentine par la route, comme en fuite. Où vont-ils ? À qui cherchent-ils à échapper ? Le petit garçon s'appelle Gaspar. Sa mère a disparu dans des circonstances étranges. Comme son père, Gaspar a hérité d'un terrible don : il est destiné à devenir médium pour le compte d'une mystérieuse société secrète qui entre en contact avec les Ténèbres pour percer les mystères de la vie éternelle.

    Alternant les points de vue, les lieux et les époques, leur périple nous conduit de la dictature militaire argentine des années 1980 au Londres psychédélique des années 1970, d'une évocation du sida à David Bowie, de monstres effrayants en sacrifices humains. Authentique épopée à travers le temps et le monde, où l'Histoire et le fantastique se conjuguent dans une même poésie de l'horreur et du gothique, Notre part de nuit est un grand livre, d'une puissance, d'un souffle et d'une originalité renversants. Mariana Enriquez repousse les limites du roman et impose sa voix magistrale, quelque part entre Silvina Ocampo, Cormac McCarthy et Stephen King.

    LE roman étranger de l'année 2021 !

    D’une envergure magistrale, Notre Part de nuit est un roman comme nul autre. Folle épopée à travers l’Argentine et le XXe siècle, récit glaçant d’une quête dévastatrice pour père et fils, ce texte tisse avec un grand talent fantastique, gothique et horrifique grâce à une langue envoûtante, Probablement LE roman étranger à lire en 2021.

    Léa

  • Fausto a quarante ans, Silvia en a vingt-sept. Il est écrivain, elle est artiste-peintre. Tous deux sont à la recherche d'un ailleurs, où qu'il soit. Alors que l'hiver s'installe sur la petite station de ski de Fontana Fredda, au coeur du val d'Aoste, ils se rencontrent dans le restaurant d'altitude Le Festin de Babette. Fausto fait office de cuisinier, Silvia, de serveuse. Ils se rapprochent doucement, s'abandonnant petit à petit au corps de l'autre, sans rien se promettre pour autant. Alors qu'arrive le printemps et que la neige commence à fondre, Silvia quitte Fontana Fredda pour aller toujours plus haut, vers le glacier Felik, tandis que Fausto doit redescendre en ville rassembler les morceaux de sa vie antérieure et finaliser son divorce. Mais le désir de montagne, l'amitié des hommes et des femmes qui l'habitent et le souvenir de Silvia sont trop forts pour qu'il résiste longtemps à leur appel.

    Après le succès mondial des Huit Montagnes, Paolo Cognetti revient sur ses sommets bien-aimés avec un éblouissant roman d'amour, véritable ode à la montagne tour à tour apaisante, dangereuse, imprévisible et puissante.

    Envie d'évasion ?

    Après son merveilleux Les huit montagnes, Paolo Cognetti nous offre une fois encore une déclaration d’amour aux sommets et ceux qui ont choisi d’y vivre malgré la rigueur de la nature. Plongez dans ce récit et rencontrez l’exigence et l’humilité des personnages face à la beauté des Alpes italiennes. Au fil des saisons, des histoires de solidarité, d’engagement, d’amitié véritable et d’amour bien sûr ! Un texte fort et attachant. A lire pour s’évader avant de rentrer.

    Marine

  • Le jeune Hiram Walker est né dans les fers. Le jour où sa mère a été vendue, Hiram s'est vu voler les souvenirs qu'il avait d'elle. Tout ce qui lui est resté, c'est un pouvoir mystérieux que sa mère lui a laissé en héritage. Des années plus tard, quand Hiram manque se noyer dans une rivière, c'est ce même pouvoir qui lui sauve la vie. Après avoir frôlé la mort, il décide de s'enfuir, loin du seul monde qu'il ait jamais connu. Ainsi débute un périple plein de surprises, qui va entraîner Hiram depuis la splendeur décadente des plantations de Virginie jusqu'aux bastions d'une guérilla acharnée au coeur des grands espaces américains, du cercueil esclavagiste du Sud profond aux mouvements dangereusement idéalistes du Nord. Alors même qu'il s'enrôle dans la guerre clandestine qui oppose les maîtres aux esclaves, Hiram demeure plus que jamais déterminé à sauver la famille qu'il a laissée derrière lui. Dans son premier roman, Ta-Nehisi Coates livre un récit profondément habité, plein de fougue et d'exaltation, qui rend leur humanité à tous ceux dont l'existence fut confisquée, leurs familles brisées, et qui trouvèrent le courage de conquérir leur liberté.

    La danse de l'eau

    Une plantation de tabac sur la déclin dans la Virginie esclavagiste du XIXe, un mystérieux réseau clandestin de résistance à l'asservissement, un jeune esclave doté d'un étrange pouvoir qu'il peine à comprendre et à maîtriser... En injectant une subtile dose de fantastique dans son histoire, Ta-Nehisi Coates réinvente le roman sur l'esclavage à la suite de Colson Whitehead (Underground Railroad) et signe un poignant récit d'émancipation.

    Julien

  • Un jour de désoeuvrement, Pablo Martín Sánchez tape son nom dans un moteur de recherche. Par le plus grand des hasards, il se découvre un homonyme au passé héroïque : un anarchiste, condamné à mort en 1924. Férocement intrigué, il se pique au jeu de l'investigation et cherche à savoir qui était... Pablo Martín Sánchez le révolutionnaire.

    Happé, l'auteur se fond dans cette destinée tourbillonnante et picaresque, alternant le récit d'une épopée révolutionnaire dans le Paris des années 1920 où les faubourgs de Belleville abritent d'ardents imprimeurs typographes, et celui d'une jeunesse aventureuse en Espagne jusqu'à les faire converger en un dénouement... tragique.

    Épique, virevoltant, espiègle et foisonnant, L'anarchiste qui s'appelait comme moi dresse le portrait à la fois réaliste et rêvé des utopies montantes du tournant du XXe siècle, dans l'esprit des grands romans populaires où l'amitié, la trahison, l'amour et la peur sont les rouages invisibles qui font tourner le monde.

    A ne pas rater !

    Un jour de cafard, Pablo Martin Sanchez se cherche des homonymes sur internet… Son patronyme est courant… cependant un autre Pablo Martin Sanchez va retenir son attention. Ce roman raconte la vie de cet homme, qui s’appelait comme lui, Début du cinéma, attentats, clandestinité, politique… Touffu, dense, engagé et enragé, ce roman a du souffle et de l’envergure. A ne pas rater !

    Véronique

  • true story

    Kate Reed Petty

    Talentueuse mais solitaire, Alice Lovett prête sa plume pour écrire les histoires des autres. Pourtant elle reste hantée par la seule histoire qui lui échappe : sa propre vie.
    Une simple rumeur, lancée en ce lointain été 1999 par deux ados éméchés, a embrasé en un rien de temps toute la communauté. Que s'est-il réellement passé sur la banquette arrière de cette voiture alors qu'ils ramenaient Alice, endormie, chez elle ? Accusations, rejets, déni, faux-semblants... la réalité de chaque protagoniste vacille et reste marquée à tout jamais. Et quand le présent offre une chance de réparer le passé, comment la saisir ? Faut-il se venger ou pardonner ? Ou mieux vaut-il tout oublier ? Mais peut-on oublier ce qu'on n'a jamais vraiment su ?
    Construit comme un piège machiavélique qui bouscule les certitudes du lecteur, True Story explore la fluctuante tension entre fiction et réalité et la manière dont notre société diffuse et affronte la rumeur.

    True story

    Une fin de soirée arrosée qui finit dans un brouillard plus ou moins opaque pour chaque protagoniste. Deux ados grandes gueules qui veulent impressionner la galerie sans faire attention aux conséquences de leurs mots. C'est donc l'histoire de l'impact d'une rumeur adolescente sur la vie d'une adulte. La reconstruction compliquée suite à ce traumatisme du point de vue de l'agresseur et de la victime. Mais c'est aussi et surtout la poursuite du pardon, de la résilience et du laisser-aller.

    Alice

  • sidérations

    Richard Powers

    Dans une Amérique au bord du chaos politique et climatique, un père embarque son jeune fils souffrant de troubles du comportement dans une sidérante expérience neuroscientifique. Richard Powers signe un nouveau grand roman questionnant notre place dans le monde et nous amenant à reconsidérer nos liens avec le vivant.

    Richard Powers sidère

    Quelle beauté ! Beauté du texte et de la langue, éblouissante et déconcertante. Beauté du monde et de la nature, aussi belle que brutale, douloureuse. Beauté de l’amour père-fils, plus fort que tout. Ou presque. Un roman à couper le souffle de justesse et de courage.

    Léa

  • s'en aller

    D'Aubreby Sophie

    • Inculte
    • 18 Août 2021

    «S'en aller» conte le récit d'une émancipation féminine au cours de la première partie du 20ème siècle. De la Mer du Nord à l'île de Java, de son engagement dans la Résistance jusqu'à ses derniers jours de femme âgée, les épisodes de la vie de Carmen sont autant de jalons sur les chemins de la liberté. Roman d'apprentissage, hymne à l'amitié, «S'en aller »montre subtilement comment les luttes des femmes d'aujourd'hui font écho à celles de leurs aînées. Carmen est l'une d'entre elles.

    S'en aller

    Carmen est une battante, une rêveuse, un électron libre. Carmen est une femme, et elle entend bien transcender ce statut qui lui sert de carcan depuis qu’elle est née. Puissant récit d’émancipation tout autant que roman d’aventures vibrant, S’en aller est un cri du cœur, un plaidoyer pour la liberté – des femmes, des corps, des expériences.

    Léa

  • « Mes parents, j'avais l'impression de les connai^tre comme si je les avais faits. Cette jeune femme tre`s Nouvelle Vague, cinquante de tour de taille, des dents blanches et bien aligne´es, grande douceur un peu triste, c'e´tait ma maman. L'autre, si grand que la plupart du temps je ne savais pas trop a` quoi il ressemblait la`-haut, une voix qui descendait d'entre les nuages, c'e´tait le professeur. Mon papa. » Dans cette petite famille se joue l'e´ternelle aventure de l'enfance. Il y a les combats acharne´s contre les copains cow-boys, les stratage`mes habiles pour trouver sa place dans la cour de re´cre´, les questionnements existentiels et la fascination pour les femmes si inde´chiffrables. Et pendant ce temps, d'autres luttent pour la liberte´, tuent des pre´sidents, marchent sur la lune, me`nent une guerre froide...
    Des souvenirs vagues de la maternelle aux e´lans de l'adolescence, Luc Chomarat nous invite a` rede´couvrir un monde empli de myste`res et peuple´ d'amis imaginaires. De sa plume impertinente et pleine d'esprit, il propose de cheminer a` hauteur d'enfant sur la route faite de re^ves et de de´fis qui me`ne a` l'âge adulte.

    Douce France, cher pays de mon enfance...

    L’enfance, l’admiration que l’on voue à ses parents, les désillusions… Ce roman est fin, sensible et résonne forcément chez ceux qui, un jour, ont été enfant, Portrait d’un garçon très attachant, de l’enfance jusqu’à la fin de la vie lycéenne, roman initiatique à hauteur d’enfant à St Etienne dans les années 80, c’est aussi un parcours universel plein d’innocence, de tendresse et d’humour !

    Marine, Véronique

  • Quand il n'est pas sur un ring à boxer, Max Le Corre est chauffeur pour le maire de la ville. Il est surtout le père de Laura qui, du haut de ses vingt ans, a décidé de revenir vivre avec lui. Alors Max se dit que ce serait une bonne idée si le maire pouvait l'aider à trouver un logement.

    La fille qu'on appelle

    Retraité des rings, Max Le Corre est ancienne gloire locale. Il présente sa fille à Quentin Le Bars, maire de la ville et futur ministre dont il est devenu le chauffeur, pour lui demander un menu service. Pour le meilleur et pour le pire. Impunité lié au pouvoir et rapports de forces entre "petits" et "grands" rythment un brillant récit inspiré de faits réels.

    Benjamin

  • « Le cahier, c'était la première chose que m'avait montrée le juge, quand tout à l'heure j'étais entré dans son bureau. Sous la couverture souple et transparente, on pouvait lire au feutre noir : MON MAÎTRE ET MON VAINQUEUR.
    Sur les pages suivantes, il y avait des poèmes. Voilà ce qu'on avait retrouvé sur Vasco : le revolver, un cahier noirci d'une vingtaine de poèmes et, plus tard, après expertise balistique, des résidus de poudre sur ses mains.
    Voilà ce qu'il en restait, j'ai pensé, de son histoire d'amour. »

    Spleen et idéal

    En plein Paris, un amour des plus intenses déchaîne Tina et Vasco. Assis face au juge, le narrateur est le témoin amusé et bienveillant de son dénouement quelque peu inattendu... Avis aux nostalgiques des poètes maudits et aux amateurs de la littérature du XIXème, ce livre est pour VOUS !

    Benjamin

  • « J'allais conjurer le sort, le mauvais oeil qui me collait le train depuis près de trente ans. Le Voyant d'Étampes serait ma renaissance et le premier jour de ma nouvelle vie. J'allais recaver une dernière fois, me refaire sur un registre plus confidentiel, mais moins dangereux. » Universitaire alcoolique et fraîchement retraité, Jean Roscoff se lance dans l'écriture d'un livre pour se remettre en selle : Le voyant d'Étampes, essai sur un poète américain méconnu qui se tua au volant dans l'Essonne, au début des années 60. A priori, pas de quoi déchaîner la critique. Mais si son sujet était piégé ? Abel Quentin raconte la chute d'un anti-héros romantique et cynique, à l'ère des réseaux sociaux et des dérives identitaires. Et dresse, avec un humour délicieusement acide, le portrait d'une génération.

    Le grotesque Roscoff

    Ah ! Qu’il est doux de se moquer du vieil universitaire cynique et pathétique, le « boomer » en bonne et due forme qu’est Jean Roscoff, qui a toujours tout faux et met les pieds dans le plat à chaque occasion. Mais ne riez pas trop vite : dans ce portrait acerbe de deux générations qui ne se comprennent pas, vous pourriez bien vous reconnaître… Brillant et impitoyable !

    Léa

  • En 2013, Jérôme Chantreau, alors professeur de français et de latin, apprend la mort d'un ancien élève, Bélhazar Jaouen, à l'âge de 18 ans, lors d'une mystérieuse interpellation de police.
    Bouleversé par cette tragédie, mais aussi par le souvenir de cet adolescent à l'intelligence et à la sensibilité hors norme, Jérôme Chantreau consacrera trois années à mener l'enquête sur les étranges circonstances de la mort de cet adolescent. Il dresse le portrait d'un être rare et sublime, capable de révéler à chacun le meilleur de lui-même tout en incarnant la puissance de l'imaginaire et de la création artistique.
    Fantastique artiste plasticien dès son plus jeune âge, l'adolescent aux allures de poète rimbaldien a laissé derrière lui un jeu de piste digne d'Alice au Pays des merveilles.

    Solaire et envoûtant

    (En)Quête initiatique, recherche de vérité, hommage bouleversant et roman policier, Bélhazar est tout cela à la fois – et plus encore. Faites la connaissance de ce garçon hors du commun : vous ne pourrez plus l’oublier !

    Léa

  • "Je voulais qu'il change. Qu'il s'en sorte. Qu'il arrête de voler et qu'il devienne champion olympique. Je rêvais. Je refusais de voir une réalité que pourtant il ne me cachait pas".
    De chaque côté du parloir de la prison, deux hommes se dévoilent. L'un, Mathieu Palain, est devenu journaliste et écrivain alors qu'il se rêvait footballeur. L'autre, Toumany Coulibaly, cinquième d'une famille de dix-huit enfants, est un athlète hors normes et un braqueur de pharmacies. Champion le jour, voyou la nuit : il y a une "énigme Coulibaly" que Mathieu Palain tente d'éclaircir autant qu'il s'interroge sur lui-même.
    "L'enfermement, l'amitié et la délinquance, pourquoi certains s'en sortent et d'autres pas. J'ai longtemps tourné autour de ces obsessions. Et puis j'ai rencontré Toumany."

    Le retour fracassant de Mathieu Palain

    Avec ce deuxième roman, Mathieu Palain frappe très fort. A travers le portrait d’un sportif-voyou de haut niveau, il dit avec brio l’intime qui régit l’ami et l’écrivain qu’il est. Bouleversant de réalisme. Aucun doute possible : un GRAND écrivain est né !

    Léa

  • Est-ce la vie qui cre´e le hasard, ou l'inverse ?

    Parce que son voisin, comme le fruit d'un arbre, est tombe´ raide mort a` l'arre^t Popincourt, Pierre se retrouve a` errer sur la ligne du bus 69. « Fanto^me urbain », comme il se de´finit lui-me^me, c'est un type plus tre`s jeune et pas encore tre`s vieux qui cherche des re´ponses dans de grands verres de lait glace´.

    De laverie automatique en comptoir de bar kabyle, la liberte´ guide ses pas. Fumer des cigarettes avec les tapins de la rue Blondel, monter une mayonnaise pour une ce´le`bre actrice sur le retour, appeler sa lle Trieste et se rappeler Venise... tout fait aventure quand on regarde bien et qu'on ne regrette rien.

    Ne pas faire grand-chose : voila` l'extraordinaire.

    Longue vie aux héros moyens !

    Florent Oiseau fait une entrée fracassante dans la cour des grands avec ce roman plein de vie, d’humanité, de douceur et de justesse, bouillonnant d’émotions contradictoires et parfaitement complémentaires. Aux nostalgiques, indécis, cœurs d’artichaut, naïfs, croqueurs de la vie à pleines dents : êtes-vous prêts à hurler de rire, pleurer, rêver ? Longue vie aux héros du quotidien qui nous font battre le cœur si fort !

    Léa

  • Il pleut presque sans cesse, dans la vaste cité psychiatrique isolée de tout. Le long des rues obscures, entre les vieux bâtiments, errent infirmiers, malades et policiers, ainsi que d'autres créatures au statut incertain. Le pouvoir médical et politique continue à s'exercer sur les hospitalisés de basse catégorie, et, bien que rusant et mentant en permanence, malades et morts obéissent.

    Toutefois, cet ordre immuable est remis en cause par une menace : Monroe, un dissident exécuté des années plus tôt, envoie depuis l'au-delà des guerrières ayant pour mission de rétablir la logique du Parti et le cours naturel de l'Histoire.
    Breton et son acolyte, qui pourrait tout aussi bien être son double, ont la charge de débusquer les revenantes, au moyen d'une lunette spéciale. Mais rapportent-ils bien ce qu'ils voient ? Dans la pénombre, il n'est pas facile de distinguer un mort d'un vivant... Et les sentiments ont une logique qui n'est pas forcément celle de l'État.

  • rivage au rapport

    Quentin Leclerc

    • L'ogre
    • 2 Septembre 2021

    Aux abords de la ville de Myriad Pro, un collégien est retrouvé étranglé, une couronne tatouée sur le corps. L'inspecteur Rivage et son assistant Copperfield sont chargés d'enquêter sur le meurtre. En parallèle, des adolescents rassemblés sur un forum Minecraft cherchent des indices ; Mista, l'homme de main d'un puissant mafieux, perd un corps qu'il transportait ; et la NASA envoie un chien sur Mars. Dans Rivage au rapport, Quentin Leclerc ramasse notre présent en s'emparant des marqueurs de toute une génération - de la vie pavillonnaire aux mangas, en passant par les jeux vidéo et le skateboard - pour nous offrir un polar drôle et mélancolique.
    « Depuis que je suis enfant, je me demande si ce que j'ai sous les yeux est vraiment tout ce qu'il y a à voir. Rivage, Copperfield et tous les personnages de ce roman m'aident à explorer le monde invisible. Cette aventure m'a entraîné bien plus loin que prévu. J'ai découvert des choses terrifiantes, que je n'aurais peut-être pas dû découvrir. »

  • Le 26 mai 1964, un enfant parisien sort de chez lui en courant. On retrouvera son corps le lendemain matin dans un bois de banlieue. Il s'appelait Luc. Il avait onze ans. L'affaire fait grand bruit car un corbeau qui se dit l'assassin et se fait appeler « l'Étrangleur » inonde les médias, les institutions et les parents de la victime de lettres odieuses où il donne des détails troublants sur la mort de l'enfant. Le 4 juillet, il est arrêté. C'est un jeune infirmier, Lucien Léger. Il avoue puis se rétracte un an plus tard. En 1966, il est condamné à la prison à perpétuité. Il restera incarcéré quarante et un ans, sans jamais cesser de clamer son innocence.
    /> Avec son style inimitable, Philippe Jaenada reprend minutieusement les éléments du dossier et révèle que, par intérêt, lâcheté, indifférence ou bêtise, tout le monde a failli, ou menti. Alors il se penche sur Solange, la femme de l'Étrangleur, seule et vibrante lumière dans la noirceur.
    À travers ce fait divers extraordinaire, il fait le portrait de la société française des années 60, ravagée par la deuxième guerre mondiale mais renaissante et, légère seulement en apparence, printemps trompeur de celle qui deviendra la nôtre.

empty